03
Oct
09

Chef d’oeuvre : My Blueberry Nights

J’ouvre cette nouvelle rubrique cinéma en commençant par ce sublime film (rubrique qui sera en parallèle avec les découvertes cinéma, sachant que je parlerais ici de films connus et moins connus). Attention, le mot chef d’oeuvre sera parfois purement subjectif, même si le film sera très bon, peut-être sera-t-il un peu fort de le qualifier comme tel.

my-blueberry-nights-jude-law-norah-jones

Wong Kar-Wai, Jude Law, Natalie Portman, Rachel Weisz, Norah Jones. Un réalisateur exceptionnel, un casting ultra sexy et un film incroyable. Voilà comment on pourrait résumer My Blueberry Nights.
Certains connaissent. Pourtant, du grand public, ça varie entre « jamais entendu parlé » et « jamais eu l’occasion de le voir ».
Et c’est là mon but avec ces articles, vous faire naître l’envie de voir, de découvrir ce film, et peut-être qu’un jour vous vous direz, à la fnac, en passant devant le DVD « Tiens, ça me dit quelque chose, j’ai cru lire que c’était bien. Allez je le prend. »
Parce que c’est ça le 7ème art, une véritable merveille dont certaines perles méritent d’être vues.
My Blueberry Nights en fait partie.

L’histoire : Après une rupture, Liz (Norah Jones) se lie d’amitié avec Jeremy (Jude Law), un barman. Mais, elle décide, pour oublier, de partir dans un voyage à travers les Etats-Unis, où elle croisera Arnie (David Strathairn), flic devenu alcoolique suite au départ de sa femme Sue Lynn (sublime Rachel Weisz), et Leslie, accro aux jeux qui l’accompagnera une partie de son périple. Parallèlement, elle entretien une correspondance à sens unique avec Jeremy (celui-ci ne trouvant pas d’adresse).

my_blueberry_nights1

Wong Kar-Wai, de part sa réalisation excellente et très intime nous plonge dès la première minute dans l’intimité des personnages, dont finalement on ne connaît que très peu l’histoire. Cependant, au fur et à mesure que le voyage et la correspondance continuent, leurs psychologies et quelques bribes de leurs passés nous apparaissent, et simplement ça nous permettra de nous attacher aux protagonistes.
Le scénario justement. La plupart des détracteurs du films diront que les ellipses narratives sont vraiment trop fréquentes et parfois maladroites. Celles-ci sont pourtant excellemment bien amenées et surtout, le film nous montre l’essentiel. On arrive dans l’histoire à un moment donné, on en sort à un moment donné, sans flashbacks, sans épilogue.

my-blueberry-nights-natalie-norah.jpg

Le choix des acteurs, et surtout des actrices, est extrêmement judicieux. Bien sûr, Jude Law n’a plus rien à prouver. Mais le fait d’avoir choisi Norah Jones, Natalie Portman et Rachel Weisz, qui se ressemblent fortement physiquement, accentue alors le contraste de la personnalité de ces 3 personnages.
Ici, My Blueberry Nights aborde la quête de soit comme toile de fond, agrémenté d’une histoire d’amour complexe qui se crée à distance. La rédemption, l’oubli du passé de Elizabeth permet alors aussi à Jeremy d’oublier lui aussi.

Tout donc ici est important. L’excellente bande originale de Norah Jones, la réalisation tout comme l’éclairage, le scénario, les thèmes abordés, les acteurs. Et, quand tous ces éléments sont excellents, et surtout, quand ces complètement indissociable, on sait alors qu’on a devant nos yeux une véritable oeuvre.
C’est le cas de My Blueberry Nights, véritable claque émotive et cinématographique.

myblueberry


5 Responses to “Chef d’oeuvre : My Blueberry Nights”


  1. 03/10/2009 à 00:25

    Faut que je le vois ! Et en VO ! :D

  2. 2 Loïc
    03/10/2009 à 08:18

    Il faut surtout voir « In the Mood for Love »!!

    « My Blueberry Nights », c’est un peu « Le Château Ambulant » de Wonk Kar-wai: un produit exportable qui synthétise le style d’un auteur. Cela dit, ça ne l’empêche pas d’être bien.

  3. 3 oceanlook
    04/10/2009 à 23:28

    Norah Jones est juste splendide…

  4. 4 Francisque
    13/01/2010 à 00:21

    Un grand classique pour moi maintenant, je ne connaissais pas les oeuvres de Mr Wonk Kar-wai, mais en tous cas celle-ci ma cinématiquement bluffé,une merveille et surtout un travaille d’équipe car il faut l’avouer, la réalisation du Directeur de la Photgraphie qui au travers de couleurs extrêmements saturées nous re-transcrit à merveille le goût prononcé de l’acteur pour ce qui est d’émouvoir sans en faire des tonnes, un vrai film avec des émotions parfois violente mais extrêmement bien controlés, je pense notamment au personnage de « Arnie » interpretté par David Strathairn.

    Bref je ne me lasse pas de ce chef d’oeuvre !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


Agenda du mois.

octobre 2009
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

%d blogueurs aiment cette page :