Posts Tagged ‘stuart immonen

11
Juil
09

Est-ce un oiseau ? Est-ce un avion ? Non. C’est Superman.

C’est les vacances pour Absolute Zone. Xidius va prendre son pied en allant voir des groupes en live, Mystermask va en suisse voir des films et Dailymotion fait je sais pas quoi, mais ne veut pas nous donner le Critika du mois. Et que fait Bigorneau quand il est en vacances ? Il lit des comics. C’est pour cela que aujourd’hui, je vous ai sélectionné 3 histoires, qui m’ont particulièrement plû, autours du dernier fils de Krypton, Superman.

Vous n’y connaissez rien à Superman (ce qui m’étonne, mais passons), alors je ne peux que vous conseiller Superman : Droit du Sang. Mark Waid revisite les origines du héros de Jerry Siegel et Joe Shuster en les rendant plus modernes. Jor-El, un scientifique de Krypton, se voit obligé d’envoyer son fils, Kal-El, sur Terre pour lui éviter une mort certaine sur sa planète natale, sur le point d’exploser. Arrivé sur notre bonne vieille planète, Kal-El est retrouvé et adopté par deux fermier du Kansas, Jonathan et Martha Kent. Presque adulte, il ressent le besoin de quitter son foyer pour visiter en long en large et en travers ce monde qui n’est pas le sien. Le célèbre scénariste Mark Waid réécrit soigneusement dans ce récit en douze parties toute la mythologie et les origines de l’Homme d’Acier. Pourquoi est-il parti à Metropolis ? Comment a t-il rencontré Lois Lane ? Comment est-il devenu si ennemie avec Lex Luthor ? Autant de réponse dans cette épopée bourrée de références aux premiers épisodes dédiés au héros (comme cette planche où Clark Kent jette une voiture, comme il le faisait sur la couverture de Action Comics #1 en 1938). La partie graphique de l’œuvre, réalisé par Leinil Francis Yu (que l’on peut voir à l’œuvre en ce moment dans Secret Invasion) est magnifique. Sa vision de Krypton et de sa technologie est assez impressionnante, ainsi que sa facilité à dessiner des scènes de combat compréhensibles et jouissives. Une œuvre intemporelle parfaite pour les néophytes. La série a été publié chez Panini dans la collection DC Anthologie (quelqu’un me dit dans mon oreillette qu’il faut cliquer sur la couverture).

Autre histoire sur Superman, mais dans un registre totalement différent, et pour cause. Superman Identité Secrète relate la vie (de l’adolescence jusqu’à la mort) d’un habitant du Kansas qui s’appelle Clark Kent. Ses parents, dont le nom de famille est « Kent » ont trouvé marrant d’appeler leur fils « Clark ». Mais, forcement, ce nom si connu est sujet à de nombreuses moquerie et boutades (comme lui offrir des comics Superman). Mais, un jour, l’inimaginable ce produit et le jeune Clark découvre qu’il peut… voler. Mais… Comment ? Pourquoi ? Est-il bien humain ? Autant de questions que le jeune garçon va se poser, et par conséquent, poser au lecteur. Cette oeuvre, en 4 longues parties, est un petit bijoux d’originalité. Le scénariste Kurt Buisiek nous plonge dans l’esprit d’un jeune homme qui se découvre des pouvoirs et va nous raconter sa vie. Un récit très plaisant à lire car on se prend d’amitié avec ce Clark Kent que l’on va voir passer de l’adolescence à l’âge adulte et même mourir. En plus d’un scénario habille, Identité Secrète jouit de la présence du très talentueux Stuart Immonen (dessianteur de Nextwave, dont je vous en ai parlé dans mon tout premier article) aux commandes. L’artiste peint des planches absolument renversantes, d’une poésie et d’une beauté rare. Un récit vraiment très accessible et très plaisant à lire. La série à été publié dans deux tomes en France : le premier aux éditions Semic, épuisé mais pas introuvable, et le second chez Panini Comics.

Ah ! Voici mon dernier coup de coeur (ou devrais-je dire « grosse claque ») en date : All Star Superman. Ce récit totalement hors continuité raconte l’histoire d’un Superman qui, suite au sauvetage d’une capsule près du soleil, mis en danger à cause de Lex Luthor, va faire une overdose de rayon solaire, ce qui aura pour conséquence de détruire ses cellules. En d’autres termes, Superman va mourir ! C’est l’occasion de faire une sorte de tournée d’adieu en, par exemple, révélant son secret à Lois Lane ect… Cette série de 12 épisodes écrite par Grant Morrison est de loin la meilleure qu’il m’est était donné de lire sur le personnage. Et je pèse mes mots. Morrison prend un réel plaisir à écrire sa version de l’Homme d’Acier, en réécrivant tous les personnages comme Lois Lane, ou Jimmy Olsen, et rend un hommage à tout les artistes qui ont contribué à la mythologie du personnage, le tout en écrivant un récit moderne, touchant et magnifique. Le scénariste place des références (scénaristiques et/ou visuelles) dans chaque planche de son oeuvre. Mais la virtuosité de cette série ne serai pas la même sans le célèbre Frank Quietly. Son travail sur la série est simplement remarquable. Le trait de l’artiste, si fin et precis, donne vie à un Superman iconique et éblouissant. Le dessinateur signe des planche sublimes, empreint d’une réel nostalgie. La série à d’ailleurs été nommé au derniers Eisner Awards (et j’en parle ici). Une magnifique série, qui convient plus aux lecteurs confirmé qu’au néophytes. Malheureusement, la publication VF est chaotique. Les 4 premiers épisodes de la série ont été publié dans les premiers numéros du bimensuel « All Star Superman ». Puis, après l’arrêt de cette parution, la série a été publié dans plusieurs « Superman & Batman HS », dont le 1, le 2, le 5 et le 7. Mais vous pouvez acheter les 2 TPB VO sur amazon US (mais là, faut vraiment être balèze en anglais).

Voilà les 3 histoires de Big S qui m’ont le plus marqué. Je n’ai pas encore lu « The Man of Steel » ou encore « La mort de Superman », qui sont présentés comme des chefs d’œuvres incontournables par certains, mais je compte bien me rattraper, cette été justement.

Bigorneau, qui a un slip par dessus son pantalon.

03
Juin
09

Nextwave : Agents de la H.A.I.N.E.

Pour mon tout premier article, j’avais très envie de vous faire découvrir un comic book qui me tenait à cœur : Nextwave : Agents of H.A.T.E. Cette série, qui a commencé en mars 2006 pour être arrêté en février 2007, après 12 numéros, a été écrite par le célèbre Warren Ellis et dessinée par le talentueux Stuart Immonen.

Warren Ellis est né le 16 février 1968 en Angleterre. Il commence sa carrière dans les comics en 1990, en publiant de courtes histoires (de Doctor Who, entre autres). C’est en 1994 que Ellis débute enfin chez Marvel avec la série Hellstorm, puis Excalibur. S’en suit de multiples collaborations avec DC Comics (où il écrira des épisodes de JLA : Classified, Hellblazer et où il créera Transmetropolitan, sous le label Vertigo), mais aussi avec Wildstorm (où il créera, entre autres, les séries The Authority et Planetary) et bien sûr avec Marvel (où il participera à des séries de la ligne Ultimate, comme Ultimate Fantastic Four, où il collabore avec Stuart Immonen).

Stuart Immonen, quant à lui, est né en 1967 au Canada. En 1988 il dessine la série Playground, avec Kathryn Kuder (elle sera par la suite publiée en one-shot chez Caliber Press). C’est seulement en 1993 que Marvel Comics lui propose, entre autres,  X-Men, Fantastic Four ou encore The Avengers. Pour DC, il signera aussi le dessin de quelques épisodes de Superman et réalise entièrement mini-série Inferno. Après, Superman: Fin de siècle, dont il réalise le scénario et le dessin, Immonen devient l’un des artistes les plus demandés. Puis, en 2004, il rencontreKurt Busiek, avec qui il réalisera Shockrockets et Superman : Secret Identity (il a été question d’un projet Superstar, mais finalement abandonné). Il rejoint ensuite Marvel, où il signera la partie graphique de plusieurs épisodes de Ultimate Fantastic Four et Ultimate X-men, ainsi que la série, dont je vais vous parler, Nextwave. Aujourd’hui, il est le dessinateur régulier de Ultimate Spider-man, au côté du scénariste Brian Michael Bendis.

Assez parlé des auteurs, parlons de la bédé :

L’histoire ? Le Nextwave Squad, une équipe crée par Dick Anger, directeur de la H.A.I.N.E. (Horde d’Agents Irréductibles contre les Néo-Extrémistes), pour lutter contre le terrorisme, découvre que l’organisation pour laquelle il travaille est financée par Beyond Corporation©, nouvelle couverture de la cellule terroriste S.I.L.E.N.C.E.. L’équipe met alors la main sur le plan marketing de cette cellule terroriste, document qui prouve que Beyond© veut utiliser la H.A.I.N.E. pour tester des armes non-conventionnelles de destruction massive sur les USA. Mais c’est sans compter sur les membres du Nextwave Squad : Monica Rambeau (alias Photon et ex-Captain Marvel), Tabitha Smith (ex Meltdown d’X-Force), Aaron Stack (alias Machine Man), Elsa Bloodstone (fille d’Ulysse Bloodstone, un chasseur de monstre) et Captain.

Comme vous pouvez le constater avec ce petit résumé, le scénario est très riche et ultra-référentiel. Ellis écrit une critique hilarante des super héros et des codes des comics, avec par exemple des personnages sont ridicules au possible (à l’image de Monica Rambeau, qui ressasse sans cesse ses aventures passées avec les Vengeurs). Mais derrière cette caricature, très second degré, Nextwave : Agents of H.A.T.E. est aussi un pur comic book de super héros  totalement jouissif avec des monstres, des dragons, des robots contre des super-héros avec de vrais super-pouvoirs. Et en plus de ça, le talent incontestable de Stuart Immonen vient s’ajouter au programme. Le dessinateur adopte ici un style cartoon (contrairement à Superman : Secret Identity) simplement parfait.

Vraiment, je vous recommande fortement ce comic book (publié en France en deux volumes dans la collection 100% Marvel). C’est pas l’idéal pour découvrir l’univers Marvel, mais c’est un plaisir, après avoir découvert un peu plus ce même univers, de relire cette œuvre et de se rendre compte du nombre (hallucinant) de références.

B.I.G.O.R.




Agenda du mois.

février 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728