Posts Tagged ‘Stephenie Meyer

08
Juil
10

Twilight : Hésitation, le film de l’année (sic !)

Chez Absolute Zone on est prêt à tout pour vous faire plaisir et cela même sil faut aller voir le film le plus mauvais de lannée, je dirais même lescroquerie de lannée. Mais le plus dur fut surtout de tenir jusquà la fin de la séance, entouré dun public féminin (de 12 à… 60 ans) gloussant à la moindre apparition dEdward ou de Jacob. Je vous laisse imaginer le résultat quand lun des deux se met torse nu. Mais le pire neut lieu quaprès, lorsque le générique de fin apparut et que le public se mit à applaudir. Oui, oui, applaudir…

Moins de 2 ans après la sortie du premier film au cinéma, voilà que sort déjà sur nos écrans le troisième et avant dernier volet de la saga Twilight. Ah non mince, histoire de surfer encore plus sur le phénomène, le dernier chapitre sera divisé en 2 films pour 2 fois plus de plaisir. Une idée de génie certainement pas piquée à ce cher voisin Harry Potter. Quoi quil en soit, que vaut ce Twilight : Hésitation ?

Face à la médiocrité des deux premiers opus, force est de reconnaître que celui-ci est peut être le « meilleur » de la saga. Si comme ses aînés il parvient à ne pas faire évoluer le récit dun iota en 120 minutes, le nouveau réalisateur David Slade (Hard Candy, 30 Jours de Nuit) réalise lexploit de mettre en scène ce que ses deux prédécesseurs navaient pu faire : des scènes dactions. Le récit devient dès lors plus rythmé avec une légère pointe d’humour appréciable. Plus encore qu’auparavant, la rivalité Edward / Jacob ajoute un peu de sel à une intrigue bien fade et permet quelques passages amusants (cf dans la tente). Mais la saga retrouve vite ses mauvaises habitudes qui gâchent tout plaisir de visionnage. A commencer par sa structure narrative.

Comme je l’ai dit, le scénario n’a rien à raconter, on s’ennuie ferme avec la désagréable impression que rien n’a changé entre le début et la fin du film (constat renforcé par les scènes Edward / Bella dans l’herbe qui font office d’introduction et de conclusion). Trois films plus tard, cela commence à devenir agaçant mais ça l’était déjà avant de toute façon. Le spectateur restera cependant éveillé en attendant le combat final tant attendu opposant une armée de vampires au clan Cullen qui feront alors une alliance avec les Quileute (les loups-garous pour ceux qui ont décroché). Mais là encore c’est la déception. L’affrontement en lui-même est assez court, mal filmé et jamais le spectateur n’aura le sentiment que les héros combattent une vraie menace. La victoire est rapide, un blessé pour les gentils et au passage Edward élimine la grande méchante qu’on aura vu 2 minutes à l’écran. Une nouvelle fois, le déséquilibre entre les scènes de romance / humour / action se fait sentir et on a bien du mal à percevoir les enjeux d’une intrigue dont on peut aisément deviner la fin.

Ce n’est pas la réalisation impersonnelle de David Slade qui changera la donne (qui a osé dire que la première scène du film était bien filmée ??) et encore moins son casting. Si Robert Pattinson et Taylor Lautner parviennent à s’en sortir grâce à leurs scènes de rivalités ainsi que Billy Burke (le père de Bella), le reste peine à exister dans un scénario aussi mal construit. Pour preuve : les deux flashback évoquant le passé de certains personnages mais qui n’apportent rien au récit. Voilà ce qui se passe en l’absence d’un bon scénariste : on raconte tout sauf le principal et l’histoire se perd dans des détails inintéressants. On rigolera également de cette pseudo tension sexuelle entre le trio principal et de quelques scènes « hot » entre Edward et Bella qui, on le sait déjà, n’aboutiront à rien. Personnellement, j’ai bien du mal à comprendre l’enthousiasme pour cette saga inintéressante. Comment une love story aussi niaise et interminable peut-elle passionner à ce point ?

Twilight : Hésitation fait donc honneur à la saga avec sa réalisation médiocre, ses acteurs transparents et l’impression qu’il ne se passe rien à l’écran. Malgré quelques séquences parfois drôles (la plupart du temps involontairement) et de légers efforts des acteurs principaux, on s’ennuie ferme en attendant avec impatience le générique de fin. Le plus potable de la saga cinématographiquement parlant mais ça reste mauvais. Les vampires devraient porter plainte parce que là on les fait passer pour des rigolos.

Pottio, désespéré par le phénomène Twilight



27
Nov
09

Twilight 2 : New Moon, la critique

Vous pensiez avoir tout vu avec 2012 ? Vous pensiez avoir touché le fond de l’ennui et de la débilité avec Twilight 1 : Fascination ? Nous aussi, jusqu’à avoir vu le nouveau film de la saga la plus en vogue du moment : Twilight 2 : New Moon (ou Tentation en français).

Un petit retour en arrière d’un an est nécessaire. 2008 : le film le plus attendu par les adolescentes de 14 ans sort enfin au cinéma avec le beau Robeeeeeeeeeeeeeeeeeeeert Pattinson.
2009 : les adolescentes ont maintenant 15 ans, Robert et toujours aussi beau, sauf que là, on rajoute un mec, le beau Jacooooooooooooob.
Le premier avait encore le mérite d’être drôle (souvenez-vous de cette sublime scène en slow motion où Bella passe devant le ventilateur, scène qui nous a valu plus d’un fou rire), ou encore la magnifique scène de « baston » (entre guillemets hein, ils se jettent sur des miroirs ouuuuuuuuh).
Ici, rien n’est à sauver.
L’histoire : Après un terrible accident avec Bella, les Cullen décident de quitter Forks en promettant de ne plus jamais la voir. Lors de sa dépression, Bella se rapproche de Jacob qui se révèle être un loup-garou. Quand elle croyait avoir réussi à passer à autre chose, elle aperçoit le beau vampire lors de montées d’adrénaline, et ne sait qui choisir.
Et un soir, Alice Cullen revient à Folk.


Comme pour le un, tout est plus ou moins balancé en 15 minutes. L’introduction où Edward part parce que Bella s’est coupée avec du papier cadeau (ahahah) est plus ridicule qu’autre chose. La réalisation téléfilm (toujours moins pire que Fascination) pompe à peu près chez tous les mauvais réalisateurs, enchaînant les effets clipesques vomitifs (la scène de déprime où plusieurs mois passent, où les saisons changent par la fenêtre et où Bella reste dans la même position, avec les mêmes fringues est absolument immonde) et surtout va chercher chez notre copain Zack Snyder (si si, le réal du très mauvais Watchmen) pour les scènes de combat en slow motion dégueulasse, ridicule et inutile, accentuant alors le rythme ultra lent du « scénario ». N’oublions pas les 3 plans les plus ridicules de l’histoire du cinéma : Robert Pattinson, cheveux et veste au vent, sortant au ralenti (oui encore) de sa voiture ; Robert et Kristen courant dans la forêt tout deux vêtus de blanc, encore une fois, au ralenti (bis), et surtout, le plan pectoraux gratuit de Taylor Lautner. Et c’est là qu’on comprend le public visé.

Là où le très con Hypertension 2 visait les gros beaufs à coup de bagnoles et de plans nichons partout et complètement gratuit, ici, on nous montre des pectoraux (15 kilos de muscles il a pris le petit, il faut le vouloir) comme ça, au moment où on s’y attend le moins, et en gros plan en plus !
Quand on observe ce ramassis de vomi de 2h00 (une sieste est permise hein, vous inquiétez pas, vous comprendrez tout), on se demande où est parti tout le budget. Les effets spéciaux ont bien 5 ans de retard (ce qui est énorme quand on voit comment ça évolue d’année en année). La transformation en loup-garou (j’y reviendrais) est plus ridicule qu’autre chose et les apparitions d’Edward sont à pleurer.
Ah bah oui, je vous ai pas dit, le beau vampire n’apparaît presque pas dans ce deuxième film. Sauf sous des apparitions fantomatiques (encore plus fantomatiques qu’en vrai, farine sur le visage incluse) immondément laides dégoulinantes de CGI.

Parlons-en du scénario tiens. Comme je le disais, tout est balancé en 15 minutes. Dans Fascination, on nous montrait 4 bad guys tuant des marins, présentation d’environ 5 minutes, ici, on nous montre vaguement les Volturis, comme quoi ils sont super puissants et qu’ils ont les yeux rouges. Et le reste ? Bah rien. Un néant total de 2h, enchainant les scènes se voulant contemplatives et qui se révèlent plus que chiantes, le scénario s’emmêle dans plusieurs sous-intrigues toutes plus bidons les unes que les autres et au final, nous sort, cliché sur cliché (le passage au cinéma avec les faux films est d’un mauvais goût assez incroyable) des scènes redondantes et tirées sur de looooongs moments (je pense là à la fabrication de la moto).
Souvenons-nous que ici, les vampires peuvent boire du sang d’animal et surtout, au soleil, leur peau brille. Et on continue les coups de hache dans la mythologie monstrueuse, maintenant, les loups-garous se transforment en pleine journée, et à chaque fois qu’ils s’énervent.
Edward est donc totalement mis de coté, mais apparaît quand même histoire de plaire aux filles, Victoria et Jacob sont sous-développés au possible. Reste que Kristen Stewart s’en sort pas trop mal comparé au reste du casting, et quand on voit le résultat final. La bande originale n’est en soi pas mauvaise mais est balancée sans aucun rapport avec les scènes, et on a l’impression de regarder MTV

Là où encore, on aurait pu espérer que le message véhiculé dans le Chapitre 1 n’était que le fruit de notre imagination, exagéré au possible, on se rend compte que, finalement non.  Durant les quelques moments où Bella et Edward s’embrassent, Chris Weitz essaye d’établir une fausse tension sexuelle, et le plan final mérite facilement un Razzie à lui tout seul : « Je ne te mordrais qu’à une condition. Veux-tu m’épouser ? ». Comprendre : ne pas coucher avant le mariage.
Merci Stephenie Meyer

09
Oct
09

Twilight 2 : New Moon

Twilight-2-New-Moon-1882

Ahahahahahahahahah. Voilà probablement la réaction que j’aurais au cinéma devant New Moon.
Mais revenons quelques années plus tôt. En 2005, Stephenie Meyer sort, après un rêve, une histoire d’amour entre un vampire et une humaine. C’est le tome 1 de la saga Twilight : Fascination
Cool me direz vous, parce que oui, les vampires c’est cool. Best-seller, top des ventes, suites. Ce qui devait arriver arriva : adaptation ciné. Robert Pattinson (« aaaaaaaaaaah Robeeeeeeeeert ») et Kristen Stewart (love, mais ça ne regarde que moi). Je suis donc allé le voir au cinéma, fans une salle remplie de filles complètement hystériques et de leurs mecs généralement blasés. Ne connaissant pas l’histoire, entre deux crises de fou rire, j’ai crû frôler la crise cardiaque.

twilight2lg

Les jeux de regards, la scène du ventilateur, les bad guys (et leur arrivée dans la brume, au ralenti), sérieux?
Le plus aberrant reste surtout le coup de hache, l’enterrement profond de la mythologie des vampires. Bye bye les crocs, la peau chez eux elle brille au soleil et ils peuvent boire le sang des animaux… Le tout agrémenté très sympathiquement par une Kristen Stewart, en culotte certes, inexistante et un très laid Robert Pattinson sacrément fariné.
Ah oui, j’oubliais, la super scène de « baston » : des mecs qui se balancent contre des miroirs, soutenus par des câbles presque pas visibles du tout.
Mais surtout, c’est Twilight 2 qu’on attend tous avec impatience.
L’histoire? Edward dégage Bella, elle est très triste et court très vite dans la forêt. Un bad guy très méchant arrive mais heureusement Jacob (mais si, l’indien hippie du un) se transforme en loup en plein jour (bah oui, c’est bien connu, un loup-garou ça se transforme dans la journée) et la sauve. La pauvre Bella ne sait pas quel garçon choisir.
Alors bon, peut-être que ce sera génial hein, la réalisation change, on peut s’attendre à un truc génial…

293.twilight3.111008

Vous me direz : mais pourquoi avoir fait cet article?
Bah, simplement, ça rapporte du monde (héhé), ça faisait longtemps que j’avais envie de dire tout le mal que je pensais de Twilight, et vous feriez bien d’aller voir Thirst, c’est bien mieux.

Mystermask, qui pense revoir l’intégrale de Buffy




Agenda du mois.

février 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728