Posts Tagged ‘série TV

09
Sep
11

Bref.

Un article bref pour présenter la série Bref. Bref, c’est une série de 2min sur Canal+ qui passe au Grand Journal. Co-réalisée et co-écrite par Kyan Khojandi (Le Festival de Kyan) et Navo (La Bande Pas Dessinée), ce programme court est diffusé vers 20h30, juste après le Petit Journal nouvelle formule, au rythme de 3 épisodes par semaine et se trouve être la révélation TV de la rentrée !

Le concept du programme est de raconter une histoire vécue très rapidement. Ainsi, la réalisation et le montage sont ultra speed, avec une voix off qui décrit ce qui se passe à l’image par dessus. Si le concept de base n’est pas des plus originaux, le résultat l’est. Bref est brillant, que ce soit sur la réalisation, le montage, la musique, l’acting, l’écriture… Une vraie bouffé d’air frais dans un Grand Journal qui commençait à s’essouffler. Une pépite du petit écran qui a rencontré un succès immédiat, puisque en un peu plus d’un mois de diffusion, la série a déjà plus de 900 000 fans sur Facebook ! Bref, si vous ne connaissez pas la série, je ne peux que vous encourager à regarder encore et encore les épisodes déjà diffusés sur le site de Canal+ (qui a visiblement une dent contre Youtube, chez qui ils ont un compte officiel, mais où toutes les vidéos ont été supprimées…).

Bref, je suis Antoine Bigor.

29
Avr
11

Xanadu : au cœur de l’industrie du porno

La série Xanadu semblait partie sur de bonnes bases. Une création française, diffusée sur Arte (gage de qualité en règle générale), qui traite de l’industrie du porno (whouhou !) mais également du cadre de la vie de famille. Autant dire que j’étais assez enthousiaste lorsqu’on m’a proposé d’assister en avant première à la diffusion des deux premiers épisodes.

Depuis 35 ans dans l’entreprise Xanadu, pornographie et famille cohabitent dans le même lieu sans jamais se téléscoper : au rez-de-chaussée du manoir, l’entreprise de production de films X, et dans les étages la famille Valadine. Mais alors qu’on célèbre la mémoire d’Elise Jess, pornostar fulgurante des années 1980 et épouse du patriarche Alex Valadine, un accident tragique change la donne. La page libertaire se tourne, Xanadu peine à prendre le virage du XXIème siècle et la famille ne dissimule plus ses fêlures. Alex laissera-t-il enfin ses enfants prendre le relais ?


Et pourtant, malgré le pitch prometteur, je me suis très rapidement ennuyée. Les deux premiers épisodes sont embrouillés, sans réelle ligne de conduite ni toile de fond. D’un côté, c’est compréhensible, étant donné qu’ils « installent » les bases de la série, l’accident tragique (que je ne nommerai pas pour ne pas spoiler) devant certainement avoir une importance capitale dans la suite de l’histoire. D’un autre côté, c’est vraiment dommage car, pour moi, ces débuts ne donnent pas vraiment envie de regarder la suite.

Malgré quelques passages assez drôles, et des personnages intéressants,donc beaucoup sembles d’ailleurs très tourmentés (l’acteur porno persuadé d’avoir tué une de ses consoeurs, le cinéaste amateur de gonzos pour le moins… bizarres…), l’avancement de l’intrigue et lent, et les épisodes déjà long (près d’une heure) paraissent interminables. Les acteurs parlent trop, d’où un manque d’action latent, et la série semble vraiment se prendre au sérieux.

Point positif : Potz à la réalisation, un vrai plus car le gars est très doué !

Reste à voir si la règle des 3 épisodes enseignée par le très respectable Maître Xidius (à savoir ne pas juger de l’avenir d’une série avant d’avoir regardé au moins trois épisodes) changera mon avis sur Xanadu.

Loun

02
Fév
11

God save the Skins

La semaine dernière, le premier épisode de Skins US a fait son apparition sur nos écrans. Pour ceux qui ne connaitraient pas, Skins est à l’origine une série qui vient tout droit d’outre-manche, retraçant la vie d’adolescents et de tous les problèmes qu’il est possible d’avoir à cet âge là (alcoolisme, drogue, anorexie, vol, viol, racket, sexualité…). Avant de vous parler de Skins US, parlons donc un peu de la toute première saison de Skins UK (attention, spoiler pour ceux qui ne l’ont pas vue).

Les personnages :

Tony (Anthony) Stonem : le playboy à qui tout réussi. Il est beau, intelligent, a une copine canon et se sort de tous les coups foireux.

Sid (Sidney) Jenkins : le meilleur ami et faire-valoir de Tony. Puceau, pas débrouillard, il s’attire toujours les ennuis.  Il est amoureux de la copine de Tony.

Michelle Richardson : la copine de Tony, un brin superficielle mais très dévouée à ses amis et surtout à Tony, pour qui elle serait prête à tout.

Cassie (Cassandra) Ainsworth : anorexique, constamment dans la lune, elle s’émerveille de tout mais est très fragile, psychologiquement et physiquement.

Chris (Christopher) Miles : il est très porté sur les substances illicites, et collectionne les emballages de médicaments. Il est amoureux de sa prof de psycho, nettement plus âgée.

Jal (Jalender) Fazer : fille d’un grand producteur de rap, elle est extrêmement douée dans de nombreux domaines, mais a du mal à se confier, et passe parfois pour une rabat joie.

Maxxie (Max) Oliver : il est l’homosexuel de la bande. Affirmé, sur de lui, et de son physique avantageux, il rêve de devenir danseur professionnel, contre l’avis de son père.

Anwar Kharral : musulman ne respectant les principes du Coran, du moins en apparence, il est le meilleur ami de Maxxie.  Il a beaucoup de mal à plaire aux filles, car il est beaucoup trop porté sur le sexe.

Effie (Elizabeth) Stonem : la sœur de Tony. Elle n’est qu’un personnage secondaire, mais prendra de l’importance à la fin de la saison une. Les saisons 3 et 4 lui sont d’ailleurs dédiées. Elle sort en cachette, se drogue…

Voilà, la base est posée. Maintenant, ce qu’il faut savoir, c’est que le premier épisode de Skins US est une copie (presque) conforme au pilote de Skins UK. Mais dans une version cheap et vraiment décevante (non pas que je m’attendais à du génie, mais tout de même). Prénoms presque voire totalement similaires (On garde Tony et Michelle, ainsi que Chris. Cassie devient Cadie, Sid se transforme en Stan, Jal et Anwar deviennent Daisy et Abbud, Effy est Eura, et comble du comble, le beau Maxxie est remplacé par une fille, Tea !). Quand à l’épisode en lui-même ? Une pâme copie. Mêmes situations, dialogues copiés-collés, aucune innovation. Une véritable déception.

Sofia Black D’Elia et Rachel Thevenard (Tea et Michelle) sauvent la mise grâce à leurs jolis physiques. Du côté des mecs, rien à sauver. Pas un de sexy. Ils n’arrivent pas à la cheville de leurs prédécesseurs.

03
Juil
09

Reaper – Le Diable et Moi.

Alalah. Comme c’est fou, comme c’est incroyable ! Malgré la canicule, malgré les orages, malgré le fait que je vive la nuit pour éviter le soleil et malgré que tout ce que je fais se résume à regarder des séries, écouter de la musique et lire des comics, je trouve le temps, pour toi mon petit lecteur adoré, d’écrire des articles sur la Zone. Oui, la Zone. C’est plus underground de dire la Zone qu’Absolute Zone. Ou alors, je pourrais dire la Zone Absolue. le français, ça donne un air plus grave. Bref, je me perd un peu dans un discours àlacon. Commençons.

Comme à mon habitude, je ne vais pas te parler d’un sujet important, un truc politique ou quoi que ce soit de ce genre. Je suis au delà de ça vois-tu. Non mon petit, je vais te parler d’une série, encore une fois. Non pas que je sois spécialisée dans les séries, mais bon, lorsque l’on se fait deux saisons en trois jours, on se pose des questions.

Let’s talk about REAPER, aussi appellé par ces stupides français, LE DIABLE ET MOI.

reaper-season2

Qu’est ce que ça raconte, me demanderas tu cher petit louvetau égaré.  Et bien c’est aussi simple que ça. Sam découvre le jour de ses 21 ans que son âme appartient au Diable. Il devient alors chasseur de prime pour l’Enfer, et doit capturer des âmes qui s’en sont échappées pour les y renvoyer. Principe simple et efficace, il faut bien l’avouer. Cependant, des complications diverses et variées vont venir au fil des deux uniques saisons de Reaper se greffer sur ce principe de base.

Crée par les scénaristes de New York Unité Spéciale, ce qui peut, avouons le, sembler assez étrange, Reaper met en scène un scénario tout à fait fantastique avec énormément de comique. On en oublie d’ailleurs ce coté, et on se laisse juste porter par les problèmes de Sam, par les diverses conneries de ses deux potes, ou on se met à adorer la figure du Diable qui nous est présentée ici comme un espèce de beau gosse italien cynique très chic.

reaper_promob

Menée merveilleusement par Bret Harrison ( vu aussi dans The Loop, autre très bonne série ), la série est un franc délice. Légère et intelligente à la fois, elle aborde des sujets importants a travers la loufoquerie des situations dans lesquelles se retrouvent les personnages. Sock et Ben, soit Tyler Labine et Rick Gonzales sont quant à eux pas laissé de coté la moindre seconde. Le casting de Reaper n’a pas été fait de travers, et tous les personnages à l’écran sont justes excellent.
Mention particulière à Ray Wise, le Diable, qui nous sert un Diable génial, jamais vu, très subtil.

Alors mon loulou, intéressé ? Parfait ! Sans te guider, je te laisse te débrouiller tout seul pour trouver un moyen de regarder cette excellente série. Excellente série qui, certes, ne s’étend cependant que sur deux saisons, et qui a été annulée… Quel dommage, quel gâchis !
Pour la peine mon petit, je te retrouve une autre série à regarder au plus vite, sur laquelle tu pourras enchainer directement après celle-ci !

Trumper,
Diaboliquement votre.




Agenda du mois.

février 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728