Posts Tagged ‘Olivia Wilde

09
Fév
11

Tron Evolution

C’est bien connu, chaque gros film à le droit à une adaptation en jeux vidéo. Tron L’Héritage ne fait pas exception à la règle, à la difference près que ce n’est pas une réelle adaptation. En effet, les équipes en charge du projet ont décidé de faire un jeu faisant le lien entre le premier Tron de 1982 et le nouveau. Tron Evolution a donc la lourde tache de nous raconter les évènements qui ont transformé La Grille en l’espace de 30ans. Une entreprise louable, mais reste à savoir si elle est réussie.

Il faut d’abord savoir qu’il y a 2 types de jeux qui sont sorti. Il y a d’abord les versions PC, PS3 et X360, qui raconte effectivement ce qui se passe entre les deux films, mais également les versions Wii (qui d’ailleurs, ne porte même pas le nom d’Evolution, mais celui de « Batailles du Damier« ), DS et PSP, qui ne sont en réalité qu’une compilation des épreuves si emblématique à la série, c’est à dire les courses de lumicycles, les combats de disques et les combats de tanks. J’ai pu m’essayer aux versions PS3 et PSP, et donc au deux types de jeux, mais à vrai dire, le constat globale reste le même: c’est pas terrible.

Commençons avec la version PS3. L’histoire est celle d’Anon, un programme crée par Flynn lui même, qui va tenter de mettre fin aux agissements d’Abraxas, un virus informatique très puissant. La Grille se trouve, à ce moment là, dans une situation difficile: les ISO, des algorithmes isomorphes dont l’apparition est totalement inexpliqué, sont découvert et la question de la cohabitation entre eux et les autres programmes se posent. Malgré ce scénario original, et cette volonté de relier les deux films, l’histoire n’est pas très interessante et le jeu n’est pas exempt de défauts. A commencer par les séquences de combats et de parkour, allègrement pomper sur Prince of Persia ou encore Miror’s Edge, qui ne sont pas fun pour deux sous. Reste les séquences en moto qui, là encore, sans être très originales, sont ultra fun pour un fan de la franchise. Globalement, les graphismes sont soignés, et l’univers est cohérent avec le film, même si on ne sent absolument d’évolution graphique au long du jeu. A noté également une option 3D, qui est plutôt bien foutu. Donc, pour résumer, ce Tron Evolution sur PS3 n’est pas une grosse claque comme le sont son père et son grand-père, mais juste un produit marketing qui, si il tente d’être original, ne l’est pas vraiment.

Passons à la version PSP maintenant, qui elle, est bien pire que sa grande sœur sur PS3. Fallait le faire. Le jeu ne tente même pas de raconter une quelconque histoire, mais est en réalité qu’une succession d’épreuves sans réelle saveur. Les combats de disques sont aussi, voir encore moins, intéressant que dans la version PS3, les batailles de tanks sont foireuses et injouables, et les courses de lumicycles, si elle restes correcte, sont beaucoup trop répétitives pour avoir un quelconque intérêt. De plus, les graphismes sont corrects, mais sans plus, et les cinématiques sont, choses rares, encore plus moches que les phases de jeu ! Si on ressent tout de même un travail effectué sur la version PS3, même si le résultat n’est pas à la hauteur des espérances, il est clair que cette version PSP a été baclé et réalisé par une équipe de stagiaire. Pas étonnant que le studio de dévelloppement ait fermé après ça…

Je voulais également vous parler de Tron L’Héritage. J’ai eu la chance de le voir en avant première, et j’ai pris une grosse claque dans la tronche tant le film est riche scénaristiquement, et bluffant visuellement et musicalement. Et puis j’ai regardé la dernière émission de cloneweb, présenté et réalisé par ce cher Xidius, où ce dernier présente et critique le film (à partir de 8:12). Et comme c’est presque exactement ce que je pense du film, au lieu de répéter les même arguments, je préfère vous faire partager l’émission en question. Et en plus, ya aussi une critique de Largo Winch (une critique de Karine devrait arriver bientôt d’ailleurs) et une critique du très attendu Black Swan, de Darren Aronofsky.

Tron Evolution, sur PS3, est donc un jeu pas très original, et qui ne rempli pas la lourde tâche qu’il s’était donné, à savoir créer un lien entre le premier Tron et le second, mais qui reste sympa à jouer pour tous les fans et de meilleur qualité que bon nombres d’adaptation de blockbusters que l’on a vu ses dernières années (quoi ? qui a dit Iron Man 2 ?!). Par contre, ne faites pas l’erreur d’acheter le version PSP, qui est une véritable daube. Gardez vos 30€ pour aller voir et revoir Tron L’Héritage, qui est par contre un très grand film.

Bigorneau Legacy

06
Oct
10

La Rentrée des Séries 2010/2011

A chaque rentrée, en plus de la reprise des cours ou du boulot, c’est la reprise de la diffusion de la majorité des séries américaines. Alors que HBO nous a donné notre dose de série pour l’été (avec Entourage par exemple), les autres chaines relancent leurs séries avec de nouvelles saisons ou même lancent de nouveaux programmes. Allez, listing des séries à suivre en cette rentrée :

Ah, How I Met Your Mother… Diffusée à partir de 2005, cette série a su surprendre et plaire par l’originalité de sa narration et ses personnages drôles et attachants. Mine de rien, on en a vécu des choses avec la bande à Ted… On a appris à draguer avec Barney, on a fantasmé sur Robin, on a suivis l’histoire d’amour entre Marshall et Lily avec des hauts et des bas… Et surtout, on a suivi Ted sur les traces de sa future femme. Et on le suit toujours d’ailleurs. Sauf que on commence à perdre patience un peu quand même hein… Après 2 saisons exceptionnelles, 2 suivantes tout de même très drôles (mais qui commencaient à se perdre un peu niveau intrigue), la saison 5 fut une déception tant les scénaristes n’étaient pas inspirés et tant ça tournait sacrément en rond. Donc bon, ce début de saison 6 se devait d’être LEGENDARY pour sauver un peu la saison 5. Bon, je le dis tout de suite, il l’est pas. Mais ça reste assez sympathique pour relancer un minimum l’intérêt. Ça lance des énièmes pistes et trucs vers la mère (je vous rappelle que dans la saison 5, il a vu… SA CHEVILLE ! Oui oui.) en espérant que ce soit un peu plus concret que le parapluie jaune (qui est plus devenu un clin d’œil à insérer dès que ça va évoquer la mère qu’un truc qui a vraiment servis à la trouver) Mais bon, les personnages restent drôles et attachant , servis par un casting toujours aussi bon, et même si le schmilblick n’avance pas, ça reste agréable à regarder. On souhaite vraiment que ça se termine bien, et que ça ne souffre de pas du syndrome Friends…

4geeks et 1fille. C’est ce qui résume assez bien la série. Cette sitcom racontant l’histoire de 4 geeks, Leonard, Sheldon, Raj et Howard, qui vont devenir ami avec la voisine, Penny, une blonde sexy assez superficielle. Je vous résume rapidement les 3 premières saisons saisons (de toute façon vous avez pas besoin de savoir ce qui s’est passé pour commencé la saison 4) : Leonard était amoureux de Penny, Penny se tapait des mecs, Sheldon lisait des comics et faisait chier son monde, Howard ne faisait rien, Raj a découvert que en buvant de l’alcool il pouvait parler aux femmes, Penny et Leonard sortent ensemble, ils se séparent, Leonard sort avec une autre fille, Sheldon est assis à gauche du canapé, toute la troupe partent jesaisplusou, Penny tombe amoureuse de Leonard, ils ressortent ensemble mais cette fois plus longtemps, Raj et Howard n’évoluent pas, Sheldon aime la science, Leonard et Penny se re-sépare, ils sont fâchés, ils se réconcilient, c’est chiant hein, c’est vrai qu’au bout d’un moment cette phrase à rallonge ne veut plus rien dire, surtout qu’on s’en fout puisque tous redeviens comme avant après ces moult’ rebondissements dans leurs vies sentimentales, bon allez, il faut mettre un point final, maintenant, maintenant j’ai dis ! Non c’est un point d’exclamation ça, enfin, n’importe quoi. Ah bah voilà. Ouais donc vous l’avez compris, on reprend la même situation qu’au début, et on recommence l’avalanche de gags et de situations drôles en jouant sur toute cette culture geek si chic depuis maintenant quelques années (attention, je me plains pas, moi je m’en fous). Et franchement, c’est vraiment mieux que les moments qui se voulaient « dramatique » (le mot est fort) dans les précédentes saisons avec l’histoire entre Leonard et Penny. Et maintenant, les scénaristes se lâchent niveau comédie (je veux pour preuve l’épisode 2). Le casting reste toujours aussi sympathique, même si personnellement, je ne peux plus m’encadrer Simon Helberg, pourtant si génial dans Dr Horrible’s Sing Along Blog.

Certaines séries s’essoufflent au bout de plusieurs saisons, et c’est souvent le signe d’y mettre un terme. Mais bizarrement, au bout de 7 saisons, ce n’est toujours pas le cas de la série Dr House (House M.D. en VO) qui arrive toujours à se renouveler au fil des saisons. Partant du principe de la série médicale avec à chaque épisode un cas à résoudre, la série à évoluer en quelque chose de plus structuré, avec une intrigue conductrice tous le long des saisons, tout en gardant l’aspect « enquête médicale ». Résumons un petit peu la situation : Gregory House (Hugh Laurie), brillant docteur quelque peu cynique et misanthrope, dirige une équipe de docteurs afin de résoudre des cas de maladies graves (et souvent très difficiles à diagnostiquer) composée de Chase (Jesse Spencer), Foreman (Omar Epps), Taub (Peter Jacobson), n°13 (Olivia Wilde) Il peut également compter sur l’aide de son ami Wilson (Robert Sean Leonard) Cette misanthropie et ce cynisme peut s’expliquer par l’anévrisme thrombosé dont il est atteint, qui a pour conséquence de couper la circulation sanguine de sa jambe droite et le condamne a marcher avec une canne. Et pour calmer la douleur, il prend de la Vicodine à trop forte dose, ce qui va l’amener à faire une cure de désintoxication. Après ce passage difficile, House a repris son activité de chef du service diagnostique. Seulement, l’effondrement d’un immeuble, où il a aider des victimes, la chamboulé, et à faillit provoquer une rechute. Heureusement, Lisa Cuddy (Lisa Edelstein), patronne de House dont il est très proche, est arrivé à temps pour l’en empêcher. Je ne sais pas si c’est un bon résumé des 7 saisons, mais c’est amplement suffisant pour attaquer la saison 7. En effet, cette nouvelle saison démarre sur les chapeaux de roue avec une nouvelle situation (que l’on espèrait depuis pratiquement le début) pour House qui va faire évoluer les personnages. Le casting est toujours aussi bons (même si le peu d’apparition de Olivia Wilde pour le moment est regrettable) et c’est toujours aussi plaisant de suivre la vie de cet hôpital.

Parmi les nouvelles séries de cette rentrée 2010, No Ordinary Family s’annonce comme la plus prometteuse. Cette série raconte l’histoire des Powell, une famille américaine type un peu en crise. Le père, Jim (Michael Chiklis), un policier, et sa femme, Stephanie (Julie Benez) une grande scientifique ne sont plus vraiment amoureux. Leur vie étant tombée dans le petit train train habituel, ils ont perdu « la flamme du début ». Mais, un jour, alors que le couple et leurs deux enfants, Daphne (Kay Panabaker) et JJ (Jimmy Bennett) partent en voyage, leur avion va s’écraser en Amazonie dans un lac étrange. Par chance, ils vont survivre et rentrer chez eux. Mais quelque chose à changé en eux… Ils se découvrent des super pouvoirs ! (Franchement, je devrais faire synopsiseur professionnel. Ouais, je sais, ça existe pas.) Diffusé le 28 Septembre sur ABC, le pilote de cette série annonce la couleur : on a ici une sorte d’Indestructibles version live. Le physique des personnages (avec par exemple un Chiklis, qui se rapproche plus des 4 Fantastiques que de The Shield,qui fait assez pensé à Mr. Incredible), le pote black (interprété par Romany Malco) et le fait que le côté famille soit plus mis en avant que le côté super-héros (du moins pour l’instant) font penser au film d’animation Pixar. Après, le reste est somme tout classique. Le coup de l’évènement inexpliqué qui donne des pouvoirs, les accidents du à la découverte de ses dit pouvoirs ect… La série souffre également d’un manque de moyen visible dans la qualité des effets spéciaux, qui laissent à désirer. On se doute que la majeur partie du budget est partie dans le casting, rien qu’en voyant l’affiche, entre Julie Benez (tout fraichement tué dans Dexter),  Kay Panabaker (qui a une soeur absolument sublime dont je suis amoureux) ou encore Michael Chiklis déjà cité. Mais bon, ça reste sympathique et on espère que par la suite les relations entre les personnages seront plus creusés.

On ne pouvait pas parler de séries sans LE dessin animé de cette rentrée, j’ai nommé Sym-Bionic Titan, la nouvelle création de Genndy Tartakovsky (Samurai Jack, Dexter Lab, Clone Wars). L’histoire est celle de Ilana (Princesse de la famille royale) de Lance (un soldat qui doit protégé la princesse) et d‘Octus (un robot très intelligent) qui doivent fuir leur planète natale Galaluna, attaquée par des créatures appelés les Mutraddi. Ils arrivent alors sur Terre, et doivent donc se fondre dans la masse afin de passer inaperçu. Ilana et Lance possèdent tous les deux une armure qui leurs permet de se défendre, et peuvent « fusionner » avec Octus pour donner un gigantesque robot de combat piloté à 4 mains. Et ils vont en avoir besoin car bon nombre de dangers les menacent. C’est peut-être pas super clair, mais ne vous inquiétez pas, dès le premier épisode vous serez plongé dans cet univers et vous attacherais aux personnages. Présentés de manière subtile et directement mis dans le feu de l’action, les personnages vont se révéler petit à petit riches (Octus est surement le personnage avec le plus gros potentiel) L’animation est sublime, combinant la 2D si particulière de Tartakovsky et une 3D pas désagréable pour les robots . Les combats sont épiques, et feront surement penser au connaisseurs, à Gundam ou Goldorak.

Bref, voilà. Donc en gros, la saison 2010/2011 commence particulièrement bien avec des séries qui atteignent des sommets, d’autres qui restent sympathiques et de belle découvertes. Bon, j’aurais pu parler de Dexter, mais je préfèrerais en parler quand j’aurais vu toute la saison. Par contre, faites gaffe si vous recevez un mail d’un certain mister H…

Sym-Bionic Bigor




Agenda du mois.

février 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728