Posts Tagged ‘Golden Globes

26
Juin
10

The Shield, la nouvelle formation pour être flic

Pas facile de choisir le sujet de mon premier article. De quoi vais-je parler ? Cinéma, comics, jeux vidéos, météo… Après maintes réflexions (ou pas), j’ai décidé de parler du meilleur cop show de ces dernières années (en toute objectivité), je parle bien évidemment de The Shield. Peu connu de ce côté de l’Atlantique, il s’agit pourtant d’un véritable petit bijou signé Shawn Ryan dont il est difficile de parler tant la série est complexe, à l’instar de son (anti)héros.

On suit donc le quotidien assez violent d’une unité d’intervention dans le district malfamé de Farmington, quartier fictif de Los Angeles. A sa tête, Vic Mackey, inspecteur Harry mais version chauve et balaise. Un personnage qui ne cesse de surprendre tant il sort des clichés habituels : flic pourri (mais pas totalement) convaincu de faire plus de bien que de mal et essayant d‘être un bon père de famille. Le reste de la Strike Team (Brigade de Choc en vf) est composée de Shane Vendrell, redneck cumulant les conneries, Curtis « Lem » Lemansky, le monsieur muscle & cool de l’équipe et Ronnie Gardocki, le plus introverti des quatre. La série ne néglige pas pour autant les autres protagonistes, comme le nouveau capitaine David Aceveda aux ambitions politiques féroces (et en guerre permanente avec Mackey), Julian le « rookie » de service qui a du mal à concilier vie professionnelle et vie privée (ses remises en question, la découverte de son homosexualité…) ou encore mon préféré, l’inspecteur Dutch Wagenbach. Tête de turc du commissariat, handicapé sociale mais aussi profiler spécialiste des interrogatoires et tueurs en série. Il forme un duo complémentaire avec Claudette Wyms, une femme noire qui ne se laisse pas marcher sur les pieds.

Car la grande force de The Shield, c’est de brosser le portrait d’une galerie de personnages, en toute subtilité, les confrontant à l’horreur du quotidien. Shaw Ryan ne les condamne jamais, tandis que le téléspectateur verra ses certitudes ébranlées au fil de la série, à l’instar de ses personnages. Le manichéisme n’a pas sa place ici, il n’y a ni gentils ni méchants, juste des hommes faisant des choix et devant en assumer les conséquences. Ou pas. A noter le travail incroyable effectué sur le scénario. Chaque épisode donne envie de découvrir la suite, sans pour autant tomber dans les cliffhangers à la Prison Break. On s’attache très vite aux membres de la Strike Team, se passionnant pour leurs enquêtes et magouilles. Plus la série avance, plus on se demande comment tout cela va finir. Mais The Shield ne serait pas The Shield sans ses intrigues secondaires. Les affaires de Dutch et Claudette sont aussi passionnantes (si ce n’est plus !) que celles de Vic et de ses hommes. Dans la lignée de NYPD Blue, ces storylines, parfois inspirées de faits réels, illustrent à la perfection le quotidien souvent dingue de ces hommes. On atteint un équilibre parfait entre enquêtes quotidiennes et les intrigues / magouilles de la Strike Team.

Malgré ses airs de série « bourrine », le show ne cesse d’évoluer durant 7 saisons et livre une réflexion assez intéressante sur la nature humaine, le bien et le mal tout en brisant les clichés habituels du genre. Il est bon de préciser que The Shield s’apprécie sur la longueur, par le développement de ses protagonistes et une continuité très importante. Il est fréquent qu’un personnage revienne quelques épisodes plus tard et certaines intrigues ne trouveront leur conclusion qu’au bout de 7 saisons. Si vous n’êtes toujours pas convaincu après ça…

Comme si cela ne suffisait pas, The Shield est aussi révolutionnaire sur le plan technique. Avec sa caméra à l’épaule façon documentaire lors des interventions musclées, technique peu employée à la télé en 2002, l’immersion est totale. La bande-son plutôt agressive (rock, rap suivant les événements et personnages) et l’image légèrement granuleuse renforcent le caractère unique du show. Si on ajoute qu’il est plutôt rare de centrer une série sur des policiers ripoux, on comprend mieux le succès de la série. N’allez pas croire cependant que The Shield n’est que ça, ce serait vulgariser une œuvre plus subtile qu’en apparence, aux nombreuses qualités. Comme son casting exceptionnel, avec un Michael Chiklis parfait et inoubliable. Il en va de même pour Walton Goggins (que l’on verra prochainement dans le remake de Predators), CCH Pounder (Avatar) et Jay Karnes, qui mériterait une récompense. Des noms pas très connus mais qui crèvent l’écran. A noter l’apparition de quelques guests au cours de la série : Carl Weathers (Apollo Creed dans les Rocky), Glenn Close (alias Cruella D’Enfer),  Forest Whitaker (Le Dernier roi d’Ecosse)…

Pour clore cet article, sachez que la série est inspirée d’événements réels, à savoir le « Rampart Scandal », une affaire de corruption généralisée ayant touchée le LAPD au milieu des années 90. Et la réalité s’avère bien pire que la fiction. Pour les intéressés, ça se passe sur le Wikipédia anglais, ici. Quand aux autres, vous n’avez plus qu’à découvrir l’univers de Vic Mackey.

Pottio, le bleu d’Absolute Zone

20
Jan
10

Golden Globes: Les Résultats

Vous l’avez sans doute remarqué, mais à Absolute Zone, on aime le cinéma. Le 17 janvier dernier ce tenait, à Los Angeles, la 67ème édition des Golden Globes. Bon, pas la peine de vous expliquer ce que c’est, ce que vous attendez, c’est les résultats, n’est-ce pas, bande de coquinous ! Allez, let’s go.

-Best Motion Picture – Drama : Avatar, de James Cameron

-Best Performance by an Actress in a Motion Picture – Drama : Sandra Bullock, pour The Blind Side

-Best Performance by an Actor in a Motion Picture – Drama : Jeff Bridges, pour Crazy Heart

-Best Motion Picture – Comedy Or Musical : Very Bad Trip, de Todd Phillips

-Best Performance by an Actress in a Motion Picture – Comedy Or Musical : Meryl Streep, pour Julie & Julia

-Best Performance by an Actor in a Motion Picture – Comedy Or Musical :  Robert Downey Jr., pour Sherlock Holmes

– Best Performance by an Actress In A Supporting Role in a Motion Picture :  Mo’nique, pour Precious

–  Best Performance by an Actor In A Supporting Role in a Motion Picture : Christoph Waltz, pour  Inglourious Basterds

– Best Animated Feature Film : Là-Haut, de Pete Docter et  Bob Peterson

– Best Foreign Language Film : Le Ruban Blanc, de Michael Haneke (Germany)

– Best Director – Motion Picture : James Cameron, pour Avatar

– Best Screenplay – Motion Picture : Jason Reitman et Sheldon Turner, pour In The Air

– Best Original Score – Motion Picture : Michael Giacchino, pour Là-Haut

– Best Original Song – Motion Picture : « The Weary Kind (Theme From Crazy Heart) » pour Crazy Heart

– Best Television Series – Drama : Mad Men (AMC)

– Best Performance by an Actress In A Television Series – Drama : Julianna Margulies pour The Good Wife (CBS)

– Best Performance by an Actor In A Television Series – Drama : Michael C. Hall, pour Dexter (Showtime)

– Best Television Series – Comedy Or Musical : Glee (FOX)

– Best Performance by an Actress In A Television Series – Comedy Or Musical : Toni Collette, pour United States Of Tara (Showtime)

– Best Performance by an Actor In A Television Series – Comedy Or Musical : Alec Baldwin, pour 30 Rock (NBC)

– Best Mini-Series Or Motion Picture Made for Television : Grey Gardens (HBO)

– Best Performance by an Actress In A Mini-series or Motion Picture Made for Television : Drew Barrymore, pour Grey Gardens (HBO)

– Best Performance by an Actor in a Mini-Series or Motion Picture Made for Television : Kevin Bacon, pour Taking Chance (HBO)

– Best Performance by an Actress in a Supporting Role in a Series, Mini-Series or Motion Picture Made for Television : Chloë Sevigny, pour Big Love (HBO)

– Best Performance by an Actor in a Supporting Role in a Series, Mini-Series or Motion Picture Made for Television : John Lithgow, pour Dexter (Showtime)

Des resultats pas vraiment surprenant : Avatar et James Cameron sont doublement récompensés, et ils le méritent, Christoph Waltz, qui a déjà eu une palme à Cannes mérite également tout le succès qu’il a. Les petites surprises viendront de la catégorie « Meilleur Comédie ou Musical », où (500) Days of Summer aurait amplement mérité le prix, ou encore de la dernière catégorie au nom interminable, où Neil Patrick Harris était nominé, et qui est parti sans rien. Les Golden Globes, comme chaque années, sont sources de pronostiques pour les Oscars, qui seront diffusés sur Canal + le 7 mars prochain

And the Bigorneau Awards goes to…




Agenda du mois.

février 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728