Posts Tagged ‘finale

05
Avr
10

La finale de Top Chef, c’est ce soir!

Mes chers amis, ce soir je vous invite à vous brancher sur M6 pour suivre la fin de l’émission télé-culinaire de la chaine qui monte: Top Chef!

Lancée fin février, ce programme met sur l’écran des jeunes gens issus du milieu de la gastronomie, jugés dans des épreuves rigolotes parfois, techniques souvent, et impressionnantes la plupart du temps. Le jury est composé de quatre chefs récompensés par les critiques les plus avisés: Christian Constant (anciennement au Ritz), Ghislaine Arabian (Les Petites Sorcières à Paris), Jean-François Piège (anciennement au Crillon, aujourd’hui brasserie Thoumieux, Paris) et Thierry Marx (château Cordeillan-Bages).

Chaque semaine le jury élimine le candidat qui ne l’a pas convaincu dans les épreuves au programme, au niveau des textures, de l’esthétique et des saveurs. Je trouve le programme particulièrement réussi, très nerveux, bien mis à l’écran pour ménager au maximum le suspens, très varié dans les exercices qu’il propose aux candidats, même si certains regretteront une forme de vulgarisation de la gastronomie dans une telle émission.

J’ai personnellement été énervé par un détail: la production sou-titre les paroles de Pierre, un candidat de Béziers, sous prétexte qu’il a un accent… Encore un bel exemple de parisianisme condescendant. Mais dans l’ensemble, M6 nous fait passer avec Top Chef un très bon moment, même si on reconnaitra que le programme est plus divertissant que véritablement pédagogique.

La finale a lieu ce soir, à partir de 20h45 et mettra aux prises les quatre meilleurs candidats depuis le début de l’aventure. De ce côté-là, le jury semble ne pas s’être trompé, car ceux qui paraissent à l’écran le plus à l’aise avec le milieu culinaire sont arrivés loin. Qui de Brice Morvent, Romain Tischenko, Pierre Augé ou Alexandre Dionisio remportera le concours ainsi que la somme de 100 000 euros?

Oceanlook.

07
Juin
09

Roland Garros 2009: Roger Federer entre dans la légende.

Roger Federer a remporté cet après-midi le seul titre du Grand Chelem qui manquait à son immense palmarès, aux dépends du suédois Robin Soderling.

Le suisse rejoint ainsi l’américain André Agassi, seul joueur avant lui à avoir réussi l’exploit de gagner sur quatre surfaces (en effet, auparavant, des champions comme Rod Laver ont pu gagner les quatres tournois, mais à l’époque ils ne se jouaient que sur deux surfaces).

arton1463-480x360

 

Robin Soderling, pour sa première finale, a ressenti certainement beaucoup de trop de pression pour pouvoir aborder sereinement sa première finale dans un tournoi du grand chelem. Plus relaché, dans le rythme dès le début du match, le suisse en a profité pour le breaker à deux reprises dans un premier set à sens unique. La première manche s’achevait sur un 6/1 cinglant et un Soderling fantomatique.

Les débats se sont équilibrés dans la deuxième manche, avec un suédois plus en jambes mais surtout des conditions de jeu particulièrement compliquées, puisque et la pluie et le vent se sont mêlés à la bataille entre les deux hommes. C’est donc dans l’incertitude que s’est déroulé un tie-break d’une importance capitale. Le suisse fut tout simplement impitoyable: il servit quatre aces sur ses quatre services et agressa littéralement un Soderling abasourdi. Le suisse concluait donc cette manche 7/6 s’envolait vers son premier Roland Garros.

Sans doute perturbé par la perte du Tie-Break, Soderling se faisait braker très tôt dans cette troisième manche. Le suisse, moins en réussite au service, réussissait à sauver de cruciales balles de débreak, qui auraient permis à Soderling de se relancer. Le Philippe Chatrier, au moment ou Federer servait pour la gagne du championnat, se crispa, à 30-40. Mais Federer ne pouvant perdre, il appuya ses premières balles pour s’offrir un cadeau incroyable: son tout premier Roland Garros.

Il pouvait alors recevoir, comme un signe, une passation, la coupe des mousquetaires des mains d’André Agassi, lui-aussi auteur d’un tel exploit. Les deux finalistes furent d’un fair-play admirable,et Federer pouvait laisser libre court à ses émotion à l’écoute de l’hymne suisse.

arton1466-480x360

14 titres du Grand Chelem, c’est pas mal pour un joueur en déclin? (ironie)  (N’est-ce pas Riccardo?)

Oceanlook.

27
Mai
09

résultat de la finale de la ligue des champions 2009.

Le FC Barcelone a remporté ce soir la finale de la Ligue des Champions en battant à Rome Manchester United deux buts à zéro…

Les hommes de Pep Guardiola réalisent donc un incroyable triplé cette année: Championnat, Coupe et Ligue des Champions. Les Blaugranas, privés en défense d’éléments très importants, comme les latéraux Dani Alves et Eric Abidal, n’étaient pourtant pas annoncés favoris devant le tenant du titre mancunien.

Après une entame de match très difficile pour les barcelonais, Samuel Eto’o, l’attaquant Camerounais ouvre le score à la dixième minute de jeu, après une percée d’Andrès Iniesta, encore intenable ce soir. Il élimine son adversaire, et trompe le gardien dans son angle gauche. Contre le cour du jeu, puisque MU dominait, le Barça assène la première banderille.

Le reste de la première période est parfaitement maitrisé par l’équipe espagnole, dont le milieu de terrain dévore littéralement celui des mancuniens, pas à la hauteur du tout. Le FC Barcelone déroule son jeu de passe qui a tant fonctionné cette saison.

A la reprise, Ferguson fait rentrer Tevez, mais les intentions mancuniennes sont vite calmées. Un contre de Thierry Henry, qui fait le crochet de trop, manque de  mettre KO MU. Puis Xavi trouve le poteau sur un coup-franc bien placé. Le tenant du titre n’y est plus tout à fait et même les accélérations de Ronaldo s’évanouissent dans le bloc catalan. Enfin, à la 70ème, le petit génie de Barcelone, Lionel Messi, marque un but sensationnel de la tête (oui, de la tête!), qui prend à contre-pieds Van Der Sar. Et le caviar offert par Xavi au petit argentin y est pour quelque chose. Remballez, il n’y plus rien à voir, sauf le Barça qui s’amuse à faire tourner la balle devant une bête épuisée. Jeu, set, et match.

MU, trop faible au milieu de terrain, n’aura quasiment jamais su apporter le danger devant les buts de Victor Valdes. Et la défense expérimentale du Barça aura tenu bon, à l’image du fougueux capitaine catalan, Carles Puyol. Les Messi, les Eto’o, les Xavi, les Iniesta nous ont offert cette année un jeu jamais vu auparavant, une qualité de circulation de balle rarement atteinte. Cette victoire est avant tout la victoire du football.

Oceanlook.




Agenda du mois.

février 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728