Posts Tagged ‘court-métrage

15
Juil
11

Critique: Cars 2

Comment dire…Comment commencer…Voyez-vous, je me trouve ici face à une telle déception que je ne sais par ou débuter cette critique. Grande fervente du travail de Pixar depuis des années, dire du mal de l’un de leur films me semble être la pire trahison que je puisse leur faire. Et pourtant, j’y suis dans le cas présent bien obligée.

Réalisé par Brad Lewis et John Lasseter Avec (VO) Owen Wilson, Larry The Cable Guy, Michael Caine, Emily Mortimer (VF) Guillaume Canet, Gilles Lellouche, Lambert Wilson, Mélanie Doutey…
Dans Cars 2, Flash McQueen, la star des circuits automobiles, et son fidèle compagnon Martin la dépanneuse reprennent la route pour de nouvelles aventures. Les voilà partis pour courir le tout premier Grand Prix Mondial, qui sacrera la voiture la plus rapide du monde ! Mais la route du championnat est pleine d’imprévus, de déviations et de surprises hilarantes, surtout lorsque Martin se retrouve entraîné dans une histoire comme il n’en arrive qu’à lui : une affaire d’espionnage international ! Ecartelé entre son désir d’assister Flash McQueen dans cette course particulièrement difficile et celui de mener à bien une mission d’espionnage top secrète, Martin se lance dans un voyage bourré d’action et une course-poursuite explosive sur les routes du Japon et de l’Europe, suivi par ses amis et regardé par le monde entier. Sur la route, Flash et Martin trouveront de l’action, de l’humour effréné et de tout nouveaux personnages – agents secrets, redoutables méchants et adversaires décidés sur les circuits automobiles…

Cars 2 est affligeant, ou néanmoins très mauvais. L’exception confirmant la règle que Pixar est une machine à chef d’œuvres, en quelques sortes. Le premier opus de la franchise me laissait déjà assez perplexe, l’histoire ne me faisant pas rêver, et les personnages me semblant assez antipathique (McQueen en particulier). Faire un film complet sur un univers ou seules les voitures existent, pourquoi pas. L’univers pouvait être intéressant. Mais là ou l’on se retrouve face a un problème majeur, c’est lorsqu’une suite est annoncée. Comment pousser encore plus loin ce qui était déjà plutôt faible pour faire tenir le premier film ?

La première séquence de Cars 2 est en réalité plutôt sympa. On se retrouve embarqués dans un James Bond à la sauce voitures. C’est rythmé, drôle, et véritablement agréable. C’est seulement lorsque l’on retrouve les héros du précédent film que l’on commence à s’ennuyer ferme. Martin, la dépanneuse meilleur ami de Flash McQueen vole la vedette et se place au centre du film pendant cette interminable heure et demi. Très loin d’être intéressant, ou ne serait-ce que drôle, Martin nous saoule du début à la fin par sa stupidité notoire. Personnage le plus insupportable de tous les Pixar réunis, et complétement à l’ouest pendant tout le film, il réussit tout même à sortir de nul part le dénouement à l’histoire de pseudo espionnage que l’on essaie de nous faire avaler. McQueen devient un simple figurant dans son propre film. Il ne se passe rien, et ce, même pendant les courses.

Une fois passé l’étape d’acceptation que l’on n’aura pas droit ici à un film à émotions, à un film autant pour petits que pour grands, on essaie de se rattraper avec des choses plus simples. L’humour, par exemple. On part à la recherche de blagues pouvant nous sortir un peu de l’état végétatif dans lequel on se trouve. Malheureusement, rien n’y fait. On essaie de se rattraper sur les courses, mais il se trouve que même celles-ci ont fui le film. En d’autres termes, malgré tous les compromis faisables pour une personne normalement constituée, le film reste un échec.

Pour conclure, Cars 2, deuxième opus de la franchise la moins appréciable de Pixar, se casse les dents en oubliant de viser un publique varié. Seuls les petits garçons de moins de 7 ans étaient heureux en sortant de la salle. Les personnages, tout comme l’histoire laisse de marbre, ou donne même parfois envie de se taper la tête contre un mur. Le film est clairement le film a éviter si l’on ne veut pas perdre foi en le talent de Pixar pour nous faire rêver, quel que soit notre age.

21
Juil
10

« La troisième en partant du Soleil… »

Oui, bon, d’accord, le blog tourne un peu au ralenti, mais c’est les vacances et on est plus beaucoup… En plus, Pottio et moi (et pas que), on vous prépare deux/trois articles prochainement, donc je me roule pas les pouces (quoi que…).  Enfin bref, tout ça pour dire que aujourd’hui en ce jour de sorti (bah oui, on est Mercredi), je vais faire un petit peu de pub pour mon pote Bastien (mais si, BR Production et tout, je vous en parlez ya un petit moment)

Son dernier court-métrage,Last Day, vient tout juste d’être publier sur la toile. Enfin bref, l’histoire, c’est celle d’un jeune homme, qui a visiblement trop bu de Desperado, et qui se réveille la tête dans le cul (l’cul dans le brouillard) et qui a, visiblement, raté un truc… Bastien, qui a réalisé ce court (et qui fait une apparition) s’est inspiré d’une nouvelle de Richard Matheson « La Troisième à partir du soleil ». Et le personnage principale est joué par… moi. Oui oui. Enfin, trêve de paroles, voici le court-métrage en question (dites nous ce que vous en pensez dans les commentaires)

Bigorneau Chase

10
Mar
10

« Et maintenant, une petite page de pub… avec Logorama ! »

Bon, vous le savez, nous, à la rédaction d’Absolute Zone, on est plus friant de blockbuster US que de film d’auteur français. Et à part des comédies françaises ratés et des drames chiants, il faut quand même l’avouer, ya vraiment pas grand chose en ce moment. Heureusement que des petits talents pas très connus nous offrent de jolies surprises. Et parmi, la plus grosse reste Logorama.

Cocorico ! C’est un peu le cris que tout le monde à eu en entendant que un court métrage d’animation avait gagné un Oscars. Seulement, peu de gens ont pu le voir, ce fameux Logorama, et pour cause, il avait été retiré de la toile à cause de nombreux problèmes de droits. En effet, ce court métrage à la particularité et surtout l’originalité d’être entièrement composé de logos. Ainsi, les personnages de ce court sont Ronald McDonald, des policiers Michelin, le Géant Vert, des M&Ms, Haribo (qui montre ses fesses) et bien d’autres. Réalisé par H5 (où les 3 réalisateurs François Alaux, Hervé de Crécy et Ludovic Houplain), Logorama est simplement un chef d’œuvre de 17minutes, magnifique, bourré d’action et d’humour qui mérite amplement son Oscars. Suite à sa victoire, il est enfin disponible sur la toile. Je vous propose de le regarder et de savourer !

BigorInc. ©

10
Déc
09

« Indabeuuuuuuuuuuuuuuuuz !!! »

Bonjour visiteurs et lecteurs d’Absolute Zone. Contrairement à ce que vous pensez, non, je ne vais pas vous parler comics (mais je vous prépare une petite surprise) mais cinéma, plus particulièrement de Indabuz.

Crée par 2 amis, Ludovik et Ludoc, passionnés de cinéma et ayant l’envie d’écrire et de réaliser des petits films avec le peu de budget (en gros, aucun) qu’ils avaient, Indabuz est un site internet recueillant toutes les vidéos des 2 amis (cliquez sur le logo, vous verrez). Tout commence en mai 2007 : leur premier court, Gare au Cons, a un succès hallucinant sur le net, à tel point que la vidéo est vue environ 5 millions de fois et que des grandes chaines de télé en parlent (TF1, M6…). Enchainant buzz sur buzz (avec des vidéos comme Chienne de Vie), Ludovik et Ludoc, rejoint entre temps par Charles, créent leur boite de brod : Indabuz (oh bah tiens alors !). Et ils vont lancer, dans le même temps, Clorofield, petite parodie du film de JJ Abrams. Leur dernière vidéo en date, Drive me Insane, en est déjà à plus de 10000 vues sur Dailymotion.

Personnellement, j’ai découvert il y a peu leur site, et j’aime bien ce qu’il font. C’est pro, mais à la fois ils jouent sur ce côté « fais à la main » (comme dans une scène de Clorofield, par exemple). C’est drôle, ça part dans des délires par moments (voir la vidéo de l’iPhone) et je voulais vous en parler (même si je me doute que beaucoup de gens ici connaissent) (ou pas). Enfin bref, allez faire un tour sur leur site, regardez leurs productions et venez poster votre avis ici (ou chez eux d’ailleurs), ils le méritent.

Bigorneau, qui souhaite le même succès à la brprod !




Agenda du mois.

février 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728