16
Jan
12

Au pays de la Dystopie #4: Virus LIV.3

Pour cette nouvelle chronique dystopique, j’ai décidé de revenir un peu en arrière et de vous parler d’un livre lu pendant mon adolescence : il était au programme de mon cours de français alors que j’étais en 3ème. A bien y réfléchir, Virus LIVE, c’est ma toute première dystopie, même si le genre n’existait pas vraiment à l’époque. Raison pour laquelle j’ai décidé de l’intégrer à ma sélection.

Le pitch ? En 2095, deux clans se sont formés : les Zappeurs (adeptes des écrans) et les Lettrés (population allergique aux ordinateurs et ayant pour seuls centres d’intérêt l’écriture, la littérature et la lecture). Un virus créé par les Zappeurs permet aux lecteurs de plonger (au sens propre du terme) dans le récit, et d’assister à l’action tel un spectateur au cinéma. La contrepartie : les mots s’effaces définitivement au fur et à mesure que l’histoire se déroule. Allis est désignée pour infiltrer le clan des Zappeurs et pour trouver l’antidote. Si elle n’y parvient pas, les livres disparaîtront totalement.

Virus LIV3 se déroule dans un monde futuriste. Même si 2095, ça ne nous paraît plus si loin, il faut prendre en compte que ce libre a été écrit dans les années 90. Il s’adresse principalement à un public jeune, mais les protagonistes sont pourtant des adultes. On y parle de rencontres online, de chat, et surtout de cyborgs, les « Hommes écrans », créés par les Zappeurs pour se rapprocher des machines.

A l’époque, j’avais dévoré le livre. Aujourd’hui, en le relisant, je me rends compte que mon avis a totalement changé. J’ai grandi, certes, mais le livre a également mal vieilli, selon moi. Contrairement à un livre comme 1984 d’Orwell (écrit il y a 60 ans et pourtant toujours aussi passionnant), Virus LIV3 a ciblé une période pas si lointaine (une petite centaine d’années) tout en parlant d’innovations qui commençaient à se développer. L’auteur a peut être pensé que la technologie n’avancerait pas si vite. Il s’est trompé.

Lire Virus LIV3 aujourd’hui, c’est un peu comme retrouver les bons vieux chats Caramail (pour ceux qui ont connu). L’univers est censé être futuriste, mais parle de technologies que nous utilisons tous les jours désormais (Smartphones, tablettes…) et c’est dommage. Ce livre qui m’avait paru tellement innovant il y a 10 ans me semble bien terne aujourd’hui.

Son seul point positif (selon moi) est le thème choisi. Un virus qui détruit les livres, ça au moins c’est un sujet novateur et peu développé.

Dans deux semaines (et Dieu sait si j’ai hâte !), je vous parlerais de la saga Gone, de Michael Grant. J’ai eu un véritable coup de cœur pour cette histoire, au point de dévorer les quatre premiers volumes (de 500 pages chacun) en moins de 10 jours (et c’est un budget, j’envisage de demander à Pocket Jeunesse de me sponsoriser).

Virus Loun.3


0 Responses to “Au pays de la Dystopie #4: Virus LIV.3”



  1. Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


Agenda du mois.

janvier 2012
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

%d blogueurs aiment cette page :