10
Mai
11

Critique: Juste Entre Nous

Juste entre nous est une histoire contemporaine à huis clos sur les passions érotiques et les secrets bien gardés de la bourgeoisie. Sous la forme de portraits, ce film est une brève incursion dans les vies à Zagreb de deux frères, leurs femmes, leurs maîtresses et leurs enfants. Doubles vies et relations amoureuses parallèles sont mêlées dans cette histoire douce-amère sur la quête incessante de l’amour et du bonheur, sur la passion qui ne cesse d’exister, et sur les terribles conséquences qui en émanent.

Juste entre nous est une histoire contemporaine à huis clos sur les passions érotiques et les secrets bien gardés de la bourgeoisie. Sous la forme de portraits, ce film est une brève incursion dans les vies à Zagreb de deux frères, leurs femmes, leurs maîtresses et leurs enfants. Doubles vies et relations amoureuses parallèles sont mêlées dans cette histoire douce-amère sur la quête incessante de l’amour et du bonheur, sur la passion qui ne cesse d’exister, et sur les terribles conséquences qui en émanent.

Nikola et Braco sont deux frères que tout (ou presque) oppose. Le premier est un capitaliste né, riche, une belle épouse qu’il trompe à tout va, un bébé sur le point de naître, un job qui rapporte et un enfant naturel qui vit avec sa maîtresse attitrée. Braco est un artiste raté, plein d’illusions et de désillusions, plaqué par sa femme, détesté par sa fille. Mais malgré tout ils partagent deux choses : un amour des femmes et une grande affection fraternelle.

J’avais un mauvais a priori avant d’aller voir ce film. Je m’attendais à une comédie un peu gnangnan, tintée d’érotisme, sur fond de misère croate. Au final, j’ai été plus qu’agréablement surprise par la qualité et la profondeur du film, qui traite à merveille la dualité des relations amoureuses. On se retrouve ici dans un véritable huis clos, où rien n’est-elle qu’il semblait au premier abord.

Nikola, hypocondriaque, ne semble pouvoir vivre que dans le risque. Il s’invente toutes les maladies du monde pour s’autoriser à jouir de la vie, et en particulier pour jouir des femmes qui l’entourent, malgré son amour pour Annamarija. A l’opposé, Braco est un rêveur désabusé, qui regrette ses erreurs et ne cherche qu’à reconquérir son ex épouse et sa fille, les deux pièces qui manquent à sa vie.

Les différentes histoires s’emboitent. Une à une, on découvre les vies, les actes de chacun des protagonistes, et les fils de l’histoire se démêlent peu à peu. Beaucoup trouveront ce film drôle, je l’ai trouvé émouvant, vraiment touchant. Pour moi les deux frères illustrent parfaitement à quel point capitalisme et prolétariat sont opposés tout en étant indissociable.

Loun


0 Responses to “Critique: Juste Entre Nous”



  1. Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


Agenda du mois.

mai 2011
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

%d blogueurs aiment cette page :