23
Fév
11

Critique: True Grit

Les frères Coen se lancent dans une nouvelle adaptation du roman de Charlie Portis, un western dont l’héroïne, une fillette de 14 ans, cherche à venger son père, abattu par un bandit.

Réalisé par Ethan & Joel Coen, avec Jeff Bridges, Matt Damon, Josh Brolin et Hailee Steinfeld.
Synopsis : 1870, juste après la guerre de Sécession, sur l’ultime frontière de l’Ouest américain. Seul au monde, Mattie Ross, 14 ans, réclame justice pour la mort de son père, abattu de sang-froid pour deux pièces d’or par le lâche Tom Chaney. L’assassin s’est réfugié en territoire indien. Pour le retrouver et le faire pendre, Mattie engage Rooster Cogburn, un U.S. Marshal alcoolique. Mais Chaney est déjà recherché par LaBoeuf, un Texas Ranger qui veut le capturer contre une belle récompense. Ayant la même cible, les voilà rivaux dans la traque. Tenace et obstiné, chacun des trois protagonistes possède sa propre motivation et n’obéit qu’à son code d’honneur. Ce trio improbable chevauche désormais vers ce qui fait l’étoffe des légendes : la brutalité et la ruse, le courage et les désillusions, la persévérance et l’amour…

Le western est un genre cinématographique qui, après avoir connu un âge d’or, est devenu une sorte de rendez-vous récurrent sur dans les salles obscures. Cette nouvelle adaptation du roman de Charlie Portis était donc une surprise, et a reçu un fervent accueil de la part de tous ceux qui se languissaient des westerns. Mais True Grit était également attendu au tournant. Contrairement à No Country for Old Men, réalisé de manière relativement moderne, Ethan et Joel  Coen ont choisi de traiter de True Grit de façon plus classique. Le défi était de taille, étant donné que le roman de Charlie Portis ayant déjà fait l’objet d’une adaptation (Cent Dollars pour un Shérif) par Henry Hathaway en 1969, avec John Wayne dans le rôle principal (pour lequel il avait d’ailleurs obtenu l’Oscars du Meilleur Acteur).Il ne s’agissait donc pas de faire un remake de Cent Dollars pour un Shérif, mais bel et bien de proposer une nouvelle version du roman.

Un pari réussi : True Grit est un western de qualité. Le scénario respecte l’empreinte du livre, même si les Frères Coen appliquent clairement leur patte : on retrouve aussi bien leurs qualités de réalisateurs (humour, application, sens du détail…) mais également leur principal défaut. Car si True Grit reste un bon film, il traine parfois en longueur : trop de scènes d’introduction, trop de dialogues explicatifs, bref, des passages durant lesquels un spectateur n’affectionnant pas particulièrement le genre western risque de s’ennuyer fermement.

La véritable force de True Grit se trouve dans son casting. Hailee Steinfeld, qui interprète le rôle de Mattie Ross, la jeune héroïne, est la révélation de ce film, dans son tout premier rôle. Ethan et Joel Coen renforcent la personnalité décidée du personnage romanesque, et donnent à la jeune fille, par le biais de dialogues de qualité, une véritable maturité. Jeff Bridges, également à l’affiche de Tron Legacy de Joseph Koniski, est décidément dans une phase d’héritage, puisqu’il reprend le rôle de Rooster Cogburn, autrefois incarné par l’oscarisé John Wayne. Un défi de taille, encore une fois, mais également un rôle pour lequel l’acteur semblait fait. Son interprétation, alliée à sa voix bourrue et à la dégaine de cowboy vieillissant le rendant à la fois détestable, mais terriblement attachant. Matt Damon incarne quant à lui un Texas Ranger plus vrai que nature, faisant presque de l’ombre à Chuck Norris ?

Avec True Grit, les Frères Coen ont choisi de travailler de manière sobre, autant dans la réalisation que dans les dialogues et les décors. Un western classique qui n’est pas sans rappeler la grande époque du Western, celle des John Ford, Sergio Leone Clint Easwood. En salle le 23 février 2011.


1 Response to “Critique: True Grit”


  1. 1 Meyrio
    23/02/2011 à 10:24

    Je n’ai pas vu le film (je compte le voir), je ne vais pas le juger. Simplement, les séquences qui « trainent » en longueur », c’est un peu la marque du western, et qui en fait un genre justement qui ne s’adresse pas à tout le monde. Donc je ne pense pas que ce soit un point négatif.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


Agenda du mois.

février 2011
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28  

%d blogueurs aiment cette page :