22
Nov
10

Franken Castle

Je me rends compte que ça fait quand même longtemps que je n’ai pas parlé et chroniquer un comic book. Donc aujourd’hui, on répare cette erreur avec un étonnant ovni venant pourtant de la série d’un personnage Marvel assez connu et qui a vu ses aventures adaptées au cinéma à deux reprises, je veux parler du Marvel Saga 8 sorti ce mois ci, consacré à la saga Franken Castle !

Pour vous mettre directement dans le bain, avant d’attaquer la chronique, un petit résumé de la vie du bonhomme au t-shirt avec une tête de mort ! Crée par Gerry Conway, Ross Andru et John Romita, Sr. dans les pages d’Amazing Spider-Man 129, le Punisher fait sa première apparition en 1974. Frank Castle, ancien mercenaire, voit sa famille assassinée par la pègre, et décide de les venger en éliminant mafias et malfrats des rues de New York. Lors de sa première aparition, il est engagé par le Chacal pour tuer Spider-Man. Mais il se rend compte que le Chacal l’a dupé et s’allie alors avec l’homme araignée. Après d’autres apparitions dans les pages de Spider-Man ou Daredevil, il va enfin avoir le droit à une mini-série en 1985, puis à une série régulière en 87 qui fera des bébés comme Punisher War Journal et Punisher War Zone (qui va donner son titre au film sorti en 2008). Après une série estampillé 2099, se déroulant donc dans la continuité 2099, ainsi qu’une autre série régulière, dont une qui fera à peine 18 épisodes, c’est Garth Ennis qui va donner ses lettres de noblesses au héros. Il commence en 1995 où il réalise avec Dougie Braithwithe le one-shot The Punisher Kills the Marvel Universe. Il lancera et écrira aussi une grande partie des épisodes de la série Marvel Knight: Punisher (ou le volume 6 de la série) avec le dessinateur Steve Dillon. D’ailleurs, tous ces épisodes sont compilés dans un Marvel Omnibus qui vient tout juste de sortir en France.

Il va ensuite réécrire les origines du personnages dans la mini-série Born, puis entamer dans la gamme MAX, une série un peu hors continuité où il va pouvoir ce lâcher sur le personnage, toujours avec son comparse Steve Dillon. Et c’est en 2007, à l’occasion du crossover Civil War, que Marvel va relancer une série régulière dans la continuité, Punisher War Journal, qu’il va confier à Matt Fraction, l’étoile montante de la Maison des Idées. Avec l’aide d’Ariel Olivetti, Howard-Caca-Chaykin et d’autres artistes, il va remettre le personnage de Frank Castle au cœur de l’univers Marvel. Après 26 épisodes, Punisher War Journal va laisser sa place à une série sobrement intitulé Punisher, relancée pour la 7ème fois, avec le scénariste Rick Remender aux commandes. Dans son premier arc, dessinés par le talentueux Jerôme Opeña, le scénariste va plonger le personnage dans le Dark Reign, période où Norman Osborn et d’autres bad guys contrôlent la défense des USA. C’est alors que Frank va tenter d’assassiner Osborn, mais Sentry va l’en empêcher. Cette tentative d’attentat va énerver Osborn qui va charger The Hood de le tuer. Il va dans un premier temps échouer, puisque Castle va faire exploser une planque de Hood. Ce dernier va passer aux choses sérieuses dans le second arc, dessiné par Tan Eng Huat, où il va ressusciter une galerie de méchants de dernière zone afin de s’occuper du mercenaire. Or, ce plan va également échouer, et Hood va alors ressusciter la famille de Castle afin de le prendre par les sentiments. Pensant que ce ne sont que des clones, Frank va alors re-tuer sa propre famille. Cet acte va le briser psychologiquement et c »est alors que, dans le cadre de The List, Osborn va envoyer Daken, le fils de Wolverine, finir le travail. Et il va le faire, puisqu’il va littéralement découper en morceau ce cher Punisher.

C’est dans cette situation que va débuter Franken Castle, le troisième arc de Rick Remender, qui sera accompagner ici par Tony Moore (Walking Dead), Roland Boschi (Ghost Rider) et Dan Brereton. Après deux runs très super-héroïque et dans la continuité, le scénariste va faire un virage total (mais pas à 360 degrés, hein Christine !) dans le genre de la série afin de la transformer en une série fantastique/horrifique. En effet, les morceaux de Castle découpé avec amour par le fiston à Logan, vont être récupérés par Morbius, de la Légion des Monstres, qui va le « recoller » pour le faire re-vivir et lui demander de l’aide car son peuple est en danger. Un homme du nom de Robert Hellsgaard s’est mis en quête d’éliminer tous les créatures inhumaines de la planète. Va s’en suivre une aventure complètement loufoque, dans un univers fantastique à l’ambiance assez glauque, avec des scènes assez gores et un aspect ridicule et un second degrés assumé mais sans pour autant tomber dans le parodique. Il faut tout de même reconnaitre à Remender son talent d’écriture et son courage pour avoir fait ce qu’il a fait, c’est à dire bouleverser totalement les règles, le statut  et le genre d’une série et d’un personnage ultra connu du Marvel-verse pour livrer quelque chose de différents de ce que tous ses prédécesseurs ont fait.

La série a perdu pas mal de lectorat et de fans à cause de ça, et ça peut se comprendre. Mais cela n’enlève rien aux qualités de cet arc, surement le meilleur depuis le début du run. En effet, en changeant presque tout dans la série, Remender se donne une totale liberté et n’est plus contraint par les évènements du Marvel Universe. Même si, lorsqu’il avait cette contrainte, il signait quand même des histoires passionnantes, ici il peut encore plus se lâcher. Et on voit très bien que le scénariste s’amuse énormément avec l’univers de la Légion des Monstres, en construisant un back ground à cette galerie de personnage tout droit sorti d’un film de série B. Mais Remender garde un aspect du Punisher, tout de même, c’est l’action. Entre des scènes particulièrement sanglantes où Frank Castle et ses nouveaux amis lâchent toute leur rage, où encore ce combat final dantesque, Tony Moore et Roland Boschi livrent des planchent d’un dynamisme incroyable et de toute beauuuuté, sublimé par une colorisation sans encrage des plus réussie. Une saga qui surprend par son originalité donc, un véritable ovni qui traverse l’univers Marvel et qui, franchement, fait très plaisir à lire.

Pour lire le run de Remender, il vous suffit de trouver les numéros 4, 6 et 8 (celui chroniquer ici) du magasine Marvel Saga. Il faut d’ailleurs souligner ici le travail de Panini, qui propose l’équivalent d’un TPB dans chaque numéro consacré au Punisher, et ce pour seulement 5,60€, et ça fait plaisir aussi !

Bigorneau War Journal


1 Response to “Franken Castle”


  1. 23/11/2010 à 22:13

    Contrairement à toi, mise à part la transformation en une créature de Frankenstein de la Terre-616 (excellente idée au demeurant), je n’ai lu qu’une histoire convenue du Punisher.

    Rick Remender n’a rien bouleversé du tout, on peut facilement remplacer ce Franken Castle en un Punisher pur poudre noire sans que l’histoire ne s’en ressente.

    Dommage !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


Agenda du mois.

novembre 2010
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

%d blogueurs aiment cette page :