Archive pour octobre 2010

31
Oct
10

Absolute Podcast #2: spécial Halloween !

Bonjour tout le monde !

Voici un nouveau podcast, dédié à la fête d’Halloween !

On va donc parler du film Mirros, du Simpson Horror Show, de la BO de Requiem for a Dream, et du roman Prédateurs, de Maxime Chattam !

(Et si vous voulez le télécharger, vou pouvez cliquer droit ici et “enregistrez la cible du lien sous”)

Bonne écoute, et à bientôt !

28
Oct
10

Le Loup, le Philosophe et le Canadien

Ouais, parce que au lieu de vous faire 3 articles bien distincts, je préfère vous en faire un seul qui parle de 3 BDs (un peu comme cette fois là). Bon, je sais, ça sera mal répertorié par Google, mais je m’en fous, je fais pas ça pour l’argent moi (mais pour les filles). Aujourd’hui, 3 titres Milady Graphics, avec par ordre de format (du plus grand au plus petit) Wolfskin de Warren Ellis, Super Philo de Fred Van Lante et Scott Pilgrim T3 de Brian Lee O’Malley. Let’s rock !

Après Black Summer (qui était sympa) et No Hero (qui était mieux), l’équipe Warren Ellis/Juan Jose Ryp récidive chez Avatar Press avec Wolfskin. Cet ouvrage, composé de 3 épisodes et d’un annual (normal pour une mini-série), raconte l’histoire d’un Peau-de Loup qui, à la suite d’un combat dans une foret, va être impliqué dans une guerre civile au sein d’un village Mitan. Je vous ai résumé les 3/4 de l’album en une phrase. Et c’est pas moi qui suit fort, c’est le scénario qui est maigre. Le scénariste anglais, qui a notamment signé des chefs d’œuvre tel que Planetary, Nextwave ou Authority, nous livre ici une histoire inintéressante, mal écrite, uniquement prétexte à des scènes de boucheries gratuites. De mémoire, c’est la première fois que l’auteur s’attaque à de l’heroïc-fantasy, et on peut pas dire que ce soit réussi. Le personnage principale, dont l’on connait rien, si ce n’est que c’est un vrai dure et qu’il a une grosse b*te, est inintéressant lui aussi, et à aucun moment le récit va amener des enjeux quant à son sort ou celui du village. Si cela avait été une série régulière, on aurait pu se dire « roooh, c’est bon, ils vont développer le personnage dans le tome 2 ».  Or ce n’est pas le cas (du moins pas avant 2009, sachant que ces épisodes ont été publié en 2006 aux USA…). De plus, le travail de Juan Jose Ryp est, comme à son habitude, quelque peu lourd, parfois illisible, et souligne l’aspect gore du récit. Si sur Black Summer ou No Hero, ça restait un minimum justifié, ici, c’est totalement gratuit, avec du sang en moyenne toute les deux pages. Mais il serait de mauvaise fois de ne pas parler des quelques planches absolument grandioses (notamment l’apparition de Dieu) Le dernier épisode est par contre dessiné par l’italien Gianluca Pagliarani. Si c’est plus lisible et agréable que son confrère espagnol, ça n’en reste pas moins rigide et difforme, par moment. Une vraie déception donc, surtout quand on connait le potentiel de ce duo, et surtout du scénariste.

Vous ne connaissez pas la philosophie ? Vous n’y avez jamais rien compris ?  Ou ça vous a toujours gonflé ? Super Philo est pour toi ! Le scénariste Fred Van Lante, qui a beaucoup bossé chez Marvel notamment sur Marvel Zombie, ou en ce moment, sur Hercule avec le crossover Chaos War, fait équipe avec le dessinateur Ryan Dunlavey, dessinateur de la série Comic Book Comics et du web comic M.O.D.O.K., afin de raconter de façon humoristique la vie et les thèses des plus grands philosophes. De Platon et sa fameuse caverne, à Nietzsche et sa théorie du sur-homme, les deux hommes parodie, tout en étant très fidèle, ces figures emblématiques de la philosophie. Et c’est là, la grande originalité et force de l’ouvrage : expliquer ces thèses, en apparence complexe, de façon humoristique et juste, afin de mieux faire passer le message. C’est drôle, tout en faisant réfléchir donc, grâce a des dessins très simple et cartoon, soulignant les traits humoristiques des personnages (Planton en catcheur, qui fait penser à Hulk) et une narration très sérieuse. Parfait pour découvrir la philosophie de manière originale en somme (comme moi).

Scott Pilgrim est un jeune canadien, un peu loser, qui joue dans un groupe de rock et qui n’a pas une vie amoureuse des plus trépidantes. Et un jour, il va rêver d’une fille, qu’il va finir par rencontrer dans la vraie vie. Cette fille, c’est Ramona Flowers. Sauf que pour sortir avec elle, il faut affronter ses 7 evil ex-boyfriends. Après avoir battu le premier, Matthew Patel (dans le tome 1) et le second, Lucas Lee (dans le tome 2), Scott va devoir affronter le troisième ex de Ramona : Todd Ingram. Et il se trouve que, par le plus malheureux des hasards, c’est l’actuel petit ami d’une certaine Envy Adams, une ex à Scott. Une situation plutôt délicate donc. Après un premier tome très sympathique et frais, qui posait la situation, et un second qui continuait dans la voie du délire pop culturelle, ce troisième tome s’impose comme celui qui mélange le plus habillement combats sur-réalistes et romance. Avec un dessin toujours très simple mais très dynamique, faisant parfois penser au manga, Brian Lee O’Malley continue tranquillement son histoire, en compliquant de plus en plus la tâche de Scott. En effet, ici, il ne va pas juste devoir affronter Todd, mais aussi, indirectement, son ex-petite amie, Envy. L’auteur va donc, avec plusieurs flashbacks, donner une réponse à la question : que s’est-il passé entre Envy et Scott ? Les histoires de cœur qui s’entre-mêles prennent donc une part plus importante du récit qu’auparavant, mais tout en gardant ce côté complètement barré, notamment lors d’une course dans un grand magasin canadien, le Honest Eds, ou lors du combat final. Une lecture de plus en plus plaisante au fil du temps. On attends le quatrième tome avec impatience (en Décembre, si tous va bien).

J’avais aussi prévu, dans un futur proche, de vous parler de Asterios Polyp, la dernière œuvre de David Mazzucchelli, mais Basile et Guillaume ont déjà fait une excellente chronique sur cloneweb donc bon…

Super Bigorskin

25
Oct
10

Interpol : Post-Punk Revival

La musique revient sur Absolute Zone ! Et à défaut de faire l’éloge de toutes les sorties musicales de la rentrée, nous vous proposons de (re)découvrir un groupe qui, même s’il n’a pas encore réussi à trouver son public en France, nous livre ces dernières années des albums qui détonent par leur créativité et leur profondeur.

Tout d’abord, répondons à la première question que tout le monde se pose en lisant le titre de cet article : qu’est-ce qu’Interpol ? C’est un groupe new-yorkais d’indie-rock qui commença à percer à la toute fin des années 1990/début des années 2000 à travers plusieurs EP tel que Fuck ID#3 (2000) ou Precipitate (2001).

Interpol

Après une signature avec Matador Records, ils sortent leur premier album Turn On The Bright Lights qui les fait connaître avec des titres comme Untitled ou Obstacle 1. Cet album ancre bien le style particulier du groupe, qui doit beaucoup à la voix du chanteur Paul Banks.

En 2004 sort Antics, un album qui se fait remarquer par plusieurs chansons de très bonnes qualités qui regorgent d’une certaine poésie tant dans les paroles que dans la partie purement musicale qui confirme les grandes qualités du groupe et leur expérience qui ne cessent de croître. Pour ainsi dire, cet album est un de mes coups de cœur parmi tous les albums que j’ai pu découvrir cette année.

Antics

La sortie de cet album créa un épiphénomène musical autour du groupe qui commença sérieusement à se faire connaître en Europe et dans le reste du monde grâce à la diffusion de leur clips Evil, C’mere ou encore Slow Hands, cette dernière chanson apparaissant en tant que fond musical d’une pub pour un parfum pour homme dont le nom commence par Arm***. On notera leur quelques prestations en tant que première partie de groupes de rock plus connus ainsi que leur mini-concert lors de plusieurs festivals comme celui des Eurockéennes 2005 durant lesquelles le groupe, à défaut de sauter partout sur scène comme certains autres groupes de rock, s’affichent continuellement en chemise-cravate, ce qui leur donne une originalité certaine et une classe folle.

Sort ensuite en 2007 l’album Our Love To Admire, qui affiche plusieurs chansons remarquables telles que Pioneer To The Falls (qui apparait à la fin d’un épisode de la saison 7 de la série au combien critiquée Smallville), Mammoth, ou The Heinrich Maneuver. Mais ce nouvel album ne parvient pas à convaincre après la surprise qu’était Turn On The Lights et l’enivrant Antics. Au jour d’aujourd’hui, une nouvelle question se pose : Interpol parviendront-t-ils à nous surprendre avec leur tout nouvel album sorti début septembre ?

Après avoir diffusé quelques previews de chansons durant l’année 2010, le tout nouvel album sobrement intitulé Interpol marque le grand retour du groupe qui entrent dans une nouvelle décennie musicale promettant que de bonnes choses pour eux, car en effet cet album séduit par le retour aux sources du groupe dont les mélodies se rapprochent de celles de leur début. Interpol  ne réinventent pas leur musique mais l’approfondit, tout en restant dans le sobre, ce qui leur permettra un retour solide auprès des fans du groupe et une possible nouvelle notoriété sur la scène internationale. Vous l’aurez compris, rien n’est encore fait pour le groupe new-yorkais qui, mine de rien, s’affirme en tant que groupe à part qu’il faudra suivre de près ces prochaines années. La consécration n’est jamais très loin…

Marvel Boy.

23
Oct
10

Supermarket

Bon, vous avez déjà entendu parlé de Supermarket, puisque il y a eu un concours. Ce comic book de Brian Wood et Kristian Donaldson (qui ont déjà travaillé tous les deux sur DMZ) est LA sortie du mois chez Milady Graphics. C’est LE coup de cœur de la directrice de collection Claire Deslandes (c’est marqué sur le blog de Milday). Et il faut avouer que c’est une très bonne lecture.

Pella Suzuki est la fille de parents très riches. Elle vie dans les banlieues chics et ne manque de rien. Quelque peu paradoxalle, elle se dit contre la société de surconsommation, tout en consommant comme les autres. Elle travaille en ville, ou le Supermarché comme on l’appelle, que deux gangs contrôlent : les Yakuzas et les Porn Suède. Et un jour, lorsqu’elle va rentrer chez elle, elle va retrouver ses parents assassinés. Alors seule héritière de la puissance de ses parents, et mystérieusement convoitée par les 2 gangs à cause d’un lourd secret de famille, sa vie de confort va se transformer en chasse à l’homme (ou à la femme dans ce cas précis).

Brian Wood a bossé sur la saga vidéo-ludique Grand Theft Auto, et ça se voit. Le scénariste dépeint ici un monde de surconsomation, sale et corompu, contrôlé par des gangs, critiquant au passage notre propre société. Et c’est dans cet environnement particulièrement hostile, que va se dérouler l’action, une histoire de gangs, de famille, d’héritage, plutôt bien ficelée, avec un personnage principal attachant à la psychologie complexe. Les évènements s’enchainent vite. Très vite. Trop vite. On reporche souvent à certains scénaristes de décompresser à mort leurs histoires pour faire 6épisodes d’un truc qu’ils auraient pu faire en 2. Là, c’est l’inverse. La série fait seulement 4 épisodes, et en aurait méritée surement 4 de plus.  Mais malgrés ça, le scénario reste bien écrit, avec de l’action, de la tension, et de l’amouuuur (ouais un peu quand même), et permetant surtout au dessinateur de se lâcher. Kristian Donaldson, dessinateur que vous avez pu voir sur DMZ ou la mini-série Two Guns chez BOOM! Studios, montre tout l’étendue de son talent avec un trait gras et précis et des planches ultra dynamiques, très colorés et incroyablement belles, qui rajoute une dimmension quelque peu psychedelique au recit. Et ne parlons même pas des couvertures, qui pourrait faire de magnifiques posters.

Vous l’aurez compris, avec un histoire mélant guerre des gangs et critique de la société contemporaine et des dessins très efficace, Supermarket, c’est de la bonne camme !

Bigormarket V.2

18
Oct
10

Absolute Podcast, première !

Absolute Zone se met au podcast ! Toutes les deux semaines, on parlera donc ciné, BD, mangas etc.
Aujourd’hui, je vous propose une critique du film The Social Network, une découverte de la BD « Les Geeks« , des vampires dans les séries avec True Blood et Vampire Diaires et mon coup de coeur musique : Shaka Ponk !
Si vous avez des envies particulières, n’hésitez pas à m’en faire part ;)
Bon Absolute podcast, et à dans deux semaines !

(cliquez droit ici et « enregistrez la cible du lien sous » si vous voulez le télécharger)

PS : Ah, au fait ! Moi je suis Loun, j’ai 20 ans, et je suis étudiante en journalisme ! J’aime écrire, la musique, le ciné, les mangas, breftoussakoi. Pour plus d’info, follow me on twitter (je ne garantie pas l’intelligence des tweetes).

15
Oct
10

Concours Supermarket

A l’occasion de sa sortie, le 22 Octobre,  Milady Graphics et Absolute Zone vous font gagner 5 exemplaires de Supermarket, l’œuvre de Brian Wood et Kristian. L’histoire, c’est celle d’une jeune femme, dont les parents sont les plus riches de la ville. Arrogante, et la langue bien pendu, elle va se retrouver orpheline à la suite de l’assassinat de ses parents. Elle va alors devenir l’heritière de la fortune très convoitise, de sa famille, en pleine guerre des gangs.

Pour participer au concours, il suffit de répondre aux 4 questions ci-dessous par mail à bigorneau33@gmail.com avant Vendredi prochain, c’est à dire le 22 octobre. Un tirage au sort départagera les gens qui auront bien répondu aux questions. Bon, allez « A toi de jouer ! »

 

1/Supermarket raconte l’histoire de…

a/Pella Suzuki – b/Rata Yamaha – c/Claire Deslandes

2/Quels sont les deux gangs qui s’affrontent ?

a/Les Napolitains et les Siciliens – b/les gangs de New York et les Irlandais – c/les Yakuza et les actrices porno suédoises

3/Quel est la série phare du scénariste Brian Wood, publiée chez Vertigo ?

a/Y The Last Man – b/DMZ – c/100 bullets

4/Le scénariste a aussi travaillé dans quel autre domaine ?

a/la musique – b/les jeux vidéo – c/cinéma

 

EDIT: Fin du concours ! Merci à tous les participants, les gagnants ont été prévenu par mail. La critique de Supermarket arrive demain. A bientôt sur Absolute Zone !

Bigormarket




Agenda du mois.

octobre 2010
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031