11
Déc
09

Dead Set, la claque venue d’Angleterre.

2009 n’aura pas été une année très prolifique pour tout fan de zombies qui se respectent, la production cinématographique n’aillant pas été très brave, entre un Zombieland programmé pour un public de 7 à 77 ans, un [Rec]² en carence de neurones (Et oui.) et…c’est tout. Les salles obscures étaient plutôt axées à bouffer du vampire sous toutes ses formes (Twilight, Morse, Blood, Thirst…) mais pour les morts vivants, il fallait se tourner ailleurs. Et si le direct-to-dvd nous a encore livrer son lot de petits films rigolos (Dead Snow et ses zombies nazis par exemple), force d’avouer que ceux qui cherchaient du mort vivant qui te rentre dans le lard, t’en colle plein la gueule et qui se révèle subversif bah… C’était pas la fête. Heureusement, et alors que la diffusion datait déjà d’un an en Angleterre, Ciné Cinéma Frisson nous a ressorti du placard une véritable bombe, mini série honorant les codes de son modèle et se révèlant d’une efficacité aussi impressionnante pour de la TV que jouissive. Mesdames et messieurs geeks, merci d’accueillir le messie télévisuel de cette année : Dead Set.

Le pitch de base de Dead Set est simple et pourtant étonnant. Alors que toute l’équipe de Big Brother, l’émission phare de télé réalité, prépare le grand prime de la semaine dans son studio isolé en bordure de Londres et rempli de fans, l’Angleterre fait face à un virus dévastateur qui touche rapidement la population et transforme les gens en infectés, des morts vivants assoiffés de sang. Et bien évidemment, il se trouve que le virus va arriver jusqu’aux studios de la chaîne E4… A priori, l’histoire de cette mini série de 5 épisodes, un de 3/4 d’heure et les 4 autres de 20 minutes, se révèle assez loufoque sur le principe. Quand on voit le résultat, on serait plutôt tenter de se mettre à genoux devant la force de l’ensemble.

La chaîne E4 prend déjà un soin tout particulier à rendre l’ensemble crédible puisque non seulement la maison de Big Brother est celle d’origine et de plus, la présentatrice originale du show garde son rôle dans la série. En collant à la réalité, E4 s’immisce au cœur de l’une de ses émissions phares pour mieux la dynamiter de l’intérieur, car si la série propose évidemment de voir les personnages types de Big Brother (la blonde siliconée au Q.I aussi élevée qu’un moineau, les jeunes sportifs plus bourrins qu’autre chose ou encore le vieux beauf passant son temps à faire des réflexions ridicules,etc…)  se faire bouffer en ne lésinant jamais sur le gore (et ça déjà, ça fait plaisir!), elle se pose comme une autocritique de la TV réalité virulente et sans concession, E4 utilisant le zombie comme une métaphore aux spectateurs de ce type de show, ce que la série ne manquera pas d’ailleurs d’expliciter dans certains plans à la puissance évocatrice énorme. De plus, et parce que la chaine fait les choses biens, la réalisation de l’ensemble est de très haute volée et piochant dans des modèles comme 28 Jours plus Tard (on a fait pire tout de même…), elle se montre toute aussi efficace que son modèle, partageant d’ailleurs avec lui de nombreux points communs tels que le fait que les zombies soient des infectés, qu’ils courent ou encore que tout bêtement ça se passe en Angleterre.

Dead Set nous fait donc oublier une année d’une tristesse alarmante pour le genre et montre que oui, c’est possible de faire du divertissement intelligent et posant une réflexion sur les habitudes audiovisuelles du public, ce qui entre nous non seulement tient du miracle. Saluons donc bien haut les anglais pour leur courage, un tel projet étant impensable sur une aussi grosse chaîne en France, et remercions les en regardant une fois de plus cette jolie tuerie.
Messieurs, je vous félicite d’outre manche !

Xidius


3 Responses to “Dead Set, la claque venue d’Angleterre.”


  1. 1 Basile
    11/12/2009 à 21:20

    Vu y a un moment et ça casse pas trois pattes à un canard non plus. On a une excellente séquence sur du Mika dans le premier épisode, et un bon traitement du personnage du producteur, particulièrement à la fin. Mais sinon ça reste servilement influencé par Roméro et ça ne bouscule pas bien le genre. C’est très sympa mais ça n’a rien d’ultime.

  2. 2 xidius
    11/12/2009 à 22:03

    Je n’ai jamais dis que ça bousculait le genre.
    Seulement que dans le paysage télévisuel et vu la période concernant les sorties françaises, ça fait plaisir de voir un projet tenant ses promesses et ne surfant pas sur la vague zombies connement.

  3. 3 tom
    22/02/2010 à 11:17

    vu hier soir.
    Très bien foutu, pitch de base original et une bonne dose de trash.
    Par contre même s’ils courent, ce ne sont pas des infectés mais bien des mort-vivants, leurs cœurs s’arrêtent avant qu’ils ne se réveillent.
    Critique très juste en tout cas.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


Agenda du mois.

décembre 2009
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

%d blogueurs aiment cette page :