29
Sep
09

Incontournables des 90’s…Dummy

Ce qui est vachement bien quand même sur ce site que vous lisez actuellement, c’est qu’on parle un peu de tous les genres musicaux. Certains y vont de leur références ultra radiodiffusées ou médiatisées tandis que d’autres vous sortent des artistes qui galèrent et quand à moi, je fouille les archives pour ressortir des albums qui envoient grave et qui ont eu un impact important lors de leurs sorties! Et force de constater que pour ce nouvel incontournable nous nous retrouvons une fois de plus à un album qui a véritablement marquer une génération et qui a immédiatement placer ses géniteurs comme un groupe culte puisque nous allons parler de Portishead et de son célèbre Dummy.

Tandis que la planète entière découvrait le trip-hop avec Massive Attack qui avait connu un immense succès dès 1991 et qui est considéré comme le créateur du genre, Portishead arriva avec ce premier album seulement en 1994, alors que le précédent groupe sortait son second disque. Cependant il n’est pas étonnant de voir que l’un de ses membres, Geoff Barrow, avait travaillé pour Massive Attack sur Blue Lines… Mais quoi qu’il en soit, autant dire qu’immédiatement le groupe a véritablement explosé avec cet album qui s’est dès lors imposé comme un incontournable.

Et autant dire qu’une écoute suffit pour comprendre pourquoi. Dès le début, Portishead imprime le genre de sa marque unique. Le groupe démarre sur un Mysterons à la rythmique entêtante et une aura fantomatique basée sur des bruitages étranges, tandis que la sublime voix de Beth Gibbons imprègne le tout pour un résultat sombre, envoûtant et captivant. Ce son unique va être remis en question constamment dans le disque, montrant une capacité à varier la formule des plus étonnantes. A vrai dire, le groupe a tenté, avec succès, de synthétiser une palette d’émotions au travers de ces chansons. Ainsi croise t’on la souffrance retenue dans Pedestal, l’amertume dans Sour Times ou encore la tendresse dans It’s a Fire. Et si l’album se révèle constamment sombre & inquiétant dans ses sonorités, c’est pour mieux mettre en valeur la voix de Beth Gibbons qui resplendit tout le long de l’album, notamment sur Wandering Star ou sur Roads, montrant au passage une maîtrise phénoménale du genre puisque la musique du groupe se révèle constamment touchante et ne tombe jamais dans l’excès ou le grotesque. Mais comme tous les incontournables, Dummy possède LA chanson dévastatrice, que tout le monde a déjà entendu au moins une fois et qui laisse un souvenir impérissable. Glory Box, hallucinante de beauté devant la voix sublime de son interprète, par la puissance de ces paroles, par le désespoir émanant de cette chanson et par la pertinence de sa composition, chaque instrument semblant parfaitement utilisé, jouant la bonne note au moment parfait, emportant l’auditeur vers de nouveaux cieux. Écouter Dummy est semblable à une long nuit d’insomnie étrange, on vogue entre différents états d’âme, on est toucher au plus profond de nous même et surtout, on en garde un souvenir ineffaçable, nous poussant à replonger encore et encore dans les ténèbres de cet album hallucinogène. Dieu que c’est bon.

Xidius, parti vers d’autres cieux


0 Responses to “Incontournables des 90’s…Dummy”



  1. Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


Agenda du mois.

septembre 2009
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

%d blogueurs aiment cette page :