30
Déc
08

Incontournables des 90’s…The Fat of the Land

Tandis que Dailymotion semble bel et bien parti en vacances jusqu’à la semaine prochaine (ce qui veut dire que vous pouvez espérer voir le Critika Spécial le 5 janvier…), que malgré le retour de Oceanlook, je suis toujours le seul à poster et que SpleenAcid m’envoi par MMS des photos du Parc Universal à Orlando (GNNNIIIIIIIHHHHHHH !!!), et bah…La vie continue !
Et aujourd’hui, on est mardi, jour musical ! Et cette semaine, c’est les incontournables…
Et l’incontournable de la semaine, c’est le terrible The Fat of the Land de The Prodigy !

The Prodigy est un groupe de Big Beat Eléctro/Rock (tout ça!) fondé en 1990 avec aux commandes Liam Howlett, Maxim et le si charismatique Keith Flint. Après la sortie en 1992 d’un premier album Experience qui se fit remarqué, le groupe commença à vraiment faire parler de lui en 1994 avec Music for the Jilted Generation, qui fut premier de nombreux charts & disque d’or en moins d’une semaine. Le groupe devient célèbre et les festivals européens se l’arrache tant les britanniques sont impressionnants sur scène. Mais le véritable choc, l’album qui mis une grande claque à tous les amateurs d’éléctro dans le monde entier sorti en 1997 et s’appelle…The Fat of the Land !

Et dès le premier morceau, le mythique Smack my bitch up, la couleur est annoncée : The Prodigy livre un son brutal avec un beat destructeur, accompagné par la voix criarde & digitalisée de Keith Flint & par des samples au son oriental, parfois rock. Une formule à l’efficacité hallucinante tant ce son violent est accrocheur. Et le groupe l’a bien compris, offrant de grands moments de violence quasi punk-rock que sont Breathe ou encore Firestarter. Une musique que l’on retrouvera dans tout l’album avec des titres aussi puissants que Funky Shit ou que Serial Thrilla et sa rythmique martelée. Mais le groupe ne se contente pas de vous exploser les tympans en sortant des tubes destinés à mettre le feu en rave party et va puiser dans les ressources musicales de ses invités pour diversifier la formule. Ainsi, le son hip-hop musclé de Kool Keith imprime Diesel Power qui sonne comme la rencontre ultime Big Beat/Hip Hop. Narayan quand à lui vous offrira 9 minutes de transe mystique progressive & Mindfields réutilisera la formule agressive de base à la sauce japonaise. Et si l’explosif Fuel my Fire ne vous a pas fait comprendre une fois pour toute que The Prodigy envoyait du lourd, ce n’est pas sans compter sur l’aérien et si planant Climbatize, pépite inattendue qui sonne comme un grand souffle d’air qui n’est pas moins dansant pour autant. Vous l’aurez compris, The Fat of the Land c’est un concentré de tubes agressifs & dansants qui a profondément marqué la musique électronique des années 90 et qui a directement envoyé sa formation mère au rang de groupe culte en seulement trois albums. Et si le groupe vous manque, sachez que si nous avions eu Always Outnumbered, Never Outgunned en 2004, le groupe fera son grand retour l’année prochaine le 2 Mars 2009 avec Invaders Must Die. En attendant, chapeau les mecs.

Xidius, qui attend le 2 Mars pour ça mais pas seulement.


0 Responses to “Incontournables des 90’s…The Fat of the Land”



  1. Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


Agenda du mois.

décembre 2008
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

%d blogueurs aiment cette page :